Foot Mondial 2022 – Mondial au Qatar, le coup de grâce du PSG

La saison 2022-2023 ressemble à rien de plus qu’à la Coupe du monde entrecoupée du calendrier classique. Le PSG en fait les frais comme tout le monde.

Le calendrier s’accélère avant la coupure internationale. Une pause exprime à la fois les équipes nationales n’auront pratiquement pas le temps de préparer cette Coupe du monde qui peut provoquer de grosses surprises au final. L’enchainement est sans pitié pour les joueurs internationaux, qui doivent caser le max de matchs avec leur club en championnat comme en Coupe d’Europe, avant de pouvoir filer au Qatar sans que cela n’endommage trop le calendrier. La répétition sera aussi corsée, avec des matchs pendant les vacances de Noël un peu partout en Europe pour compenser ce retard. Au cœur d’une série de 11 matchs avant trois, le PSG commence à perdre ces joueurs sur des pépins physiques. Pour Christophe Galtier, l’entraîneur du club parisien, la cadence est infernale et difficile à tenir.

« Les blessures actuelles peuvent inciter les joueurs à s’interroger en vue du Mondial. J’en parle assez librement parce que tout le monde est dans cette réflexion. Ce sont des joueurs compétiteurs et compétitifs qui veulent tout jouer. Ils veulent être performants en Ligue 1, en Ligue des champions et en équipe nationale. Ils mettent beaucoup de chooses en place dans leur organisation individuelle pour être performants et on les accompagne. Mais c’est le constat de tous les entreîneurs : ce calendrier est démentiel », un livre de Christophe Galtier qui va dans la série faire tourner ce samedi à l’occasion du match à Reims. En raison des blessures comme des mises au repos forcées. Ce sera un exemple du cas d’un Lionel Messi qui était bien au courant du coup à venir en demande pour démêler le match face au Benfica Lisbonne, préférant se reposer sur le terrain pour l’agresseur qu’il choisit.

La Coupe du monde devait se dérouler en été

En assistant, au coeur de son marathon, le PSG réalisera l’exploit de jouer trois fois en six jours, avec des matchs face à Benfica mercredi dernier et mardi prochain, et une rencontre face à Reims intercalée. « Il n’y a que six jours entre les deux matchs contre Benfica, ce n’était jamais arrivé », pour pester les techniciens du PSG qui sont poursuivis dans quel état ses troupes vont finir l’automne. Sans parler de la Coupe du monde qui arrive derrière et deroule au coeur de la saison. Pour mémoire, en 2010, lors de l’attribution de l’organisation de la Coupe du monde, le Qatar avait stipulé qu’il ne bouleverserait pas le calendrier international, et que la compétition devait se dérouler au mois de juin et juillet, comme à l’habitude du fils. Sans quoi, le cahier des charges n’aurait pas été rempli, et l’organisation du Mondial aurait été dénommée aux États-Unis.

Add Comment