le Qatar veut rassurer après l’énorme fiasco du match test

Le 9 septembre dernier, le Qatar accueille un test match au stade de Lusail, lieu de la finale de la Coupe du Monde 2022 le 18 décembre. Du point de vue de l’organisation, cette rencontre a tourné au fiasco. Le comité suprême et la FIFA sont priés de tirer des leçons.

Il ne faut soustraire que 56 jours avant la Coupe du Monde 2022 au Qatar. 56 jours pour préparer l’événement le plus réfléchi de la planète. Le petit émirat n’a pas le droit à l’erreur pendant ce mois de compétition. “Il reste encore pas mal de boulot, de l’adaptation et surtout de l’organisation, souvent des petits détails, pour ne pas reproduire les erreurs de ce match entre Al Hilal et Zamalek”, confiait un membre du comité d’organisation à CMR Sport. Il est vrai qu’en pleine période de turbulences au niveau des critiques, cet événement a rencontré la meilleure publicité pour le Qatar en ces semaines du Mondial (20 novembre-18 décembre).

Les fans présents le 9 septembre dernier à Lusail sont nombreux à voir exprimé leur mécontentement après la rencontre. Assez rare dans un pays comme le Qatar. Le plus grand stade de la compétition a connu de nombreux dysfonctionnements lors de cette soirée : des problèmes d’accès au métro, des problèmes de climatisation dans le stade ou encore une absence d’eau potable à la mi-temps. Autre inquiétude pour les 77 575 spectateurs, une absence de navette entre les parkings et le stade. Certaines personnes ont dû marcher pendant plus de trente minutes sous 35 degrés afin d’accéder aux portes de l’enceinte. D’autres n’ont pas trouvé de boissons fraîches dans le stade.

Avec les journaux sur place, “l’erreur sera presque interdite”

Les problèmes ont été listés et remontés au plus haut sommet de l’organisation pour prendre des mesures. Objectif clair : rassurer. Certains membres de la FIFA partent présents à leur place et s’étonnent de certaines décisions avec des problèmes “facilement prévisibles avant la rencontre”. D’autres souhaitant rassurer : “C’était un test de match, c’est le but principal de voir l’ensemble des dysfonctionnements. Je peux vous dire que j’ai vu la réaction de certaines autorités qataries après cette rencontre, sur ne connaîtra plus ces problèmes à l’avenir. Des réunions se sont produites pour ne plus reproduire certains problèmes majestueux”. Le Qatar doit recevoir pendant l’ensemble de la compétition, plus de 1,2 million de téléspectateurs.

“Vous mettez des millions de personnes, des cultures différentes, au même endroit, c’est sûr que plusieurs problèmes soulèveront pendant le Mondial sur l’organisation”, complète l’employé de la FIFA. Puisque le problème est évoqué, les membres de l’organisation se sont réunis en amont de la réunion de la Coupe Arabe qu’a eu lieu dernier à Doha en novembre. Une compétition réunissant plusieurs milliers de spectateurs et qui s’est globalement “bien passée”.

“La pression va augmenter au fil des semaines, les journaux vont atteindre de plus en plus nombreux sur zone. Les caméras seront braquées sur nous et l’erreur sera pratiquement interdite”, confie un responsable du comité suprême. Le crash-test est derrière, place maintenant à la réalité avec le Mondial 2022.

Add Comment