Le FC Barcelone plutôt que l’Olympiakos sur le podium de l’EuroLeague

Heureusement que l’Armée Rouge était restée. Traditionnellement intéressante, la petite finale de l’EuroLeague a été rendue attractive cette année par la présence des meuniers de supporters athéniens dans la Stark Arena. Les supporters de l’Olympiakos ont encore créé une ambiance exceptionnelle, notamment dans le troisième quart-temps où les joueurs du Pirée commençaient à tirer la langue (60-46, 26e minute), notamment devant l’impact du MVP Nikola Mirotic (19 7 /10 points, 4 rebonds, 4 passes décisives et 3 interceptions).

Le soutien populaire aux coéquipiers de Livio Jean-Charles, précieux défensivement pendant ses 10 minutes passées sur le parqué (2 points en 1/2, 1 rebond, 2 passes décisives et 2 interceptions), pour revenir titiller les Catalans (68- 65, minute 36e) plus de véirtablement renverser le Barça (84-74, score final). « C’est le genre de match un peu piège », Soupirait Moustapha Chute en zone mixte (2 points, 3 rebonds et 1 contre en 21 minutes). « On est encore sous le coup de la déception, il n’y avait rien à jouer. Cette rencontre-là importait peu, c’était surtout la demi-finale de jeudi.

« Personne ne nous attendait là »

Terminée l’an dernier, l’équipe de Sarunas Jasikevicius a terminé trois fois plus longtemps que l’Olympiakos, plus aperçu au Final Four après 2017, a réalisé un exercice prometteur à quatre places. “Le Final Four reste une super expérience”, avoue Moustapha Fall. «Avec du recul, on pourra être satisfait de nore saison car personne ne nous attendait là. On a vraiment fait une année très solide, ça s’est joué à un shoot avec l’Efes pour aller en finale. Ça aurait pu tomber d’un côté comme de l’autre. » Rendez-vous l’année prochaine ?

belgrade,

Add Comment