Le Bayern Munich rattaché au Bayer Leverkusen

Ce choc entre le Bayern Munich et le Bayer Leverkusen (1-1) était attendu et n’a pas déçu. Après avoir ouvert la partition grâce à une belle reprise de volée de Niklas Süle, un contre son camp de Thomas Müller à permission aux visitaurs de revenir sur sa partition. Si l’homme en forme du troisième de Bundesliga, Moussa Diaby, a été discret, Amine Adli s’est montré dangereux et aurait pu offrir la victoire aux siens, s’il avait été plus réaliste.

L’affiche entre le Bayern Munich et le Bayer Leverkusen (1-1) a tenu ses promesses, samedi, surtout au niveau des duels. Dans cette rencontre où les deux formations allemandes comptent de nombreux Français, chacun a eu droit à son temps fort. Dès l’entame de la rencontre, les Bavarois rencontrèrent la pression aux visitaurs et enchaînent les tentatives.

Les efforts des locaux ont fini pour payeur, grâce à une belle reprise de volée de Niklas Süle à la 18e minute, digne d’un attaquant. Flamboyant après un début de saison avec 12 buts en championnat, Moussa Diaby à ses différentes manières de représenter un grand danger pour les défenseurs adverses. C’est contre le cours du jeu que Leverkusen est parvenu à égaliser, grâce à un contre son camp de Thomas Muller à la 36e minute.

Quelques minutes plus tard, Dayot Upamecano rencontrait son équipe en danger, en n’appuyant pas assez sa passe en retrait pour Sven Ulreich. Amine Adli essaye d’en profiter mais trouve enfin le poteau.

Aucun regret pour Adli

Autant Diaby a eu du mal à exist, autant Adli a souvent gêné les Bavarois par ses fulgurances. Auteur de trois buts en championnat, le joueur formé à Toulouse aurait pu gonfler ses statistiques, mais la réussite n’était pas de son côté. Après avoir trouvé le poteau, le Français pouvait donner l’avantage à son équipe avant la pause, mais le joueur de 21 ans n’a pas su cadrer face à Ulreich.

Au retour des vestiaires, c’est encore Adli qui a rencontré le feu dans la défense du leader de Bundesliga. La pépite allemande Florian Wirtz transmet à son coéquipier, mais la frappe de ce dernier est contrée de justesse. Même s’il n’a pas réussi à offrir la victoire à son équipe, Adli a été avec Wirtz un danger permanent pour Upamecano et Süle. De son côté, Kingsley Coman n’a pas vraiment su faire des différences face à l’ancien Parisien Mitchel Bakker.

Add Comment