Football : Francfort remporte la Ligue Europa, la fin d’une attention de 42 ans

publié

Les Allemands ont remporté la finale aux tirs au mais, grâce à Séville, face aux Glasgow Rangers.

L’Eintracht Francfort n’avait pas gagné de titre continental après 1980.

AFP

Les « Aigles » planent sur l’Europe ! Au bout d’une nuit brûlante, l’Eintracht Francfort a remercié Séville pour la deuxième C3 de son histoire en battant les Glasgow Rangers 1-1, 5-4 aux tirs au mais en finale, grâce à leurs héros Kevin Trapp, impérial.

Après avoir signé deux arrêts décisifs au bout de la prolongation, d’abord devant Ryan Kent (118e) puis sur un coup franc de James Tavernier (122e), Trapp a stoppé la tentative du vétéran gallois Aaron Ramsey pendant la séance de tirs au but pour sacrer son équipe.

Rafael Borré, gauche auteur du but de l’égalisation pour les «Aigles» à la 69e après l’ouverture du score de Joe Aribo (57e), a scellé la victorieuse des Allemands avec un ultime tir au but transformé, pour finale la séance parfaite des “Aigles”.

Plus que jamais, l’ancien portier allemand du Paris SG qui est devenu le héros de la soirée lors de la nuit des tirs au mais, pour offrir le trophée à Francfort, qui a également succédé à Villarreal, a remporté le prix de la C3.

Le dernier en 1980

Un accompagnement historique pour l’Eintracht, qui est notamment déficient par le FC Barcelone et West Ham pour leur jusqu’en finale, et finir son odyssée couronnée de lauriers dans la chaude nuit andalouse, devant les près de 44’000 followers du stade Sánchez-Pizjuán.

Car après la Coupe de l’UEFA glanée en 1980, les « Aigles » n’avaient plus jamais connu de sacre continental. Oliver Glasner est également le premier talent d’auteur à remporter un trophée européen après la légende Ernst Happel en 1983.

Pour les Ecossais, en retour, la déception est immense : les « Gers » attendaient eux aussi depuis cinquante ans de retrouver la gloire européenne, depuis leur Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupe en 1972.

Petite consolation : le défenseur et capitaine James Tavernier sera tout de même le premier défenseur de l’histoire de la Ligue Europa, avec 7 buts.

piège insoluble

Mais le « mur blanc » se déroule pour les supporters allemands portait une autre couleur dans les cages de l’Eintracht : tout vêtu d’orange, Trapp a maintenu les siens à flots quand il le fallit, durant les quelques instants de faiblesse de son équipement.

Et si le match a été suspendu jusqu’au bout, il aurait pu dégénérer dès l’entame : dès la 5e minute, John Lundstram a joué un ballon un trop peu haut, et ses crampons ont touché l’avant du crâne du capitaine de l’Eintracht Sebastian Rode, qui a été prolongé sur la pelouse en portant immédiatement ses mains sur sa blessure sanguinolente.

Longtimes pris en charge par les soigneurs, il reviendra sur la pelouse avec un bandage bleu et blanc autour de la tête, après avoir changé son maillot imbibé de sang.

Hormis cet incident, aucun haut-fait notable en première période. Les deux équipes sont libres de bataille pour la position du ballon, avec beaucoup de déchets techniques.

chaud voilé

Il faudra attendre la demi-heure de jeu pour voir la première tentative écossaise : un ballon enroulé du gauche par Joe Aribo que n’accrochera pas le cadre mais qu’un Trapp forcé à s’étendre de tout son corps, juste avant une pause fraîcheur indispensable.

Car le thermomètre a dépassé les 40 degrés à Sevilla pendant la journée de mercredi. Et ce sont les supporters des deux équipes qui ont mis le feu aux gradins, à coups de chants, de tambours et de tifo pour les Allemands. Le soutien-gorge du Pizjuan a en réalité pris forme au retour des vestiaires, quand le « mur blanc » des supporters allemands a allumé des fumigènes rouges.

Cette nuit, l’ambiance redescendra pour les Ecossais, mais brûler Sévillea encore de la joie des supporters allemands, de retour sur le vant de la scène continentale après une longue disette de 42 ans.

(AFP)

Add Comment