l’Algérie domine le Cameroun, le Mali tombe face à la Tunisie

La suite après cette publicité

Dans ce choc du continental africain, le Cameroun accueillait l’Algérie au stade Japoma. Une scène particulière puisque c’est ici que l’Algérie avait été éliminée de la dernière CAN après des performances décevantes. Pour cette rencontre, Djamel Belmadi décide de sécuriser derrière avec une défense à 5, plus avec le trio offensif Mahrez, Belaili et Slimani devant. Côté Cameroun, pour la première de Rigobert Song sur le banc, Aboubakar et Toko Ekambi ont fait leurs débuts aux côtés de l’ancien PSG Choupo-Moting. Et les débuts de match ont été largement en faveur des Lions Indomptables qui se sont rencontrés énormément en rythme. Toko Ekambi ne réussit pas loin d’ouvrir il marqua après un coup français rusé, bien repoussé par Mbolhi (3e). Plus les Fennecs répondaient quelques mástardes par l’intermédiaire de Slimani que vu son tir puissant être arrêté par André Onana (13e). L’attaquant de l’OL, en jambes dans ce début de match, ouvrait enfin le score avant la mi-temps d’un coup de casque dont il a le secret (40e).

Au retour des vestiaires, le match était interrompu pour un fait très surprenant. La partie du terrain algérien était plongée dans le noir après que les projecteurs du stade se soient éteints. Il fallait sept minutes pour remettre de l’ordre sur le terrain et ainsi rendre la partie. Plus de spectacle sur le terrain en l’état plus au rendez-vous et le Cameroun manquait d’idées pour pouvoir revenir au score. L’Algérie gérait tranquillement le match et repoussait les assauts des adversaires. Avec cette défaite, le Cameroun fait la très mauvaise opération du jour. Les collègues de Toko Ekambi devront renverser l’Algérie à domicile ce mardi. Les Fennecs ont fait un très grand coup aujourd’hui.

La rampe du Mali vers la maison

Dans l’autre match, le Mali a reçu la Tunisie au Stade du 26-Mars à Bamako. Les Maliens se présente avec une composition impressionnante surtout au milieu de terrain. Abdoulaye Doucouré, joueur d’Everton, fêtait sa première sélection aux côtés d’Yves Bissouma et Amadou Haidara alors que la Tunisie devait composer sans Wahbi Khazri ni Dylan Bronn en défense. Plus le match tournait à l’avantage des Tunisiens après un scénario catastrophe côté malien. Le tout jeune Moussa Sissako (21 ans), formé avec le PSG, qui a disputé son 3e match avec le Mali a inscrit un terrible mais contre eux ils étaient camp. Sa passe, mal dosée, a fini directement dans la cage de Mounkouro (0-1, 36e).

Très perturbé après ce but, le défenseur du Standard de Liège rendait coupable d’une faute quelques minutes plus tard. Dernier défenseur à ce moment-là, il était logiquement exclu (40e) et laissait donc ses partenaires à dix pendant plus 45 minutes. Un après-midi cauchemar pour lui et pour son équipe que compliquait clairement la tâche. Mais les Maliens, valeureux, limitaient au maximum la casse et auraient même pu égaliser en seconde période. Enfin le score ne bougera plus. La Tunisie, loin d’être impressionnantenante, assure une petite, plus précieuse victoire à l’étranger en assistant au match retour de mardi. Le Mali, lui, est dos au mur, mais il mérite de limiter les dommages pour rester en vie dans ces bombardements.

Add Comment