l’Algérie “effondrée” après l’élimination du fils face au Cameroun

J’ai publié :

Les Fennecs n’ont pas participé au Mondial-2022. Alors qu’ils pensaient obtenir un ticket du Qatar, les Algériens ont été éliminés dès les deuxièmes marches du barrage pour revenir au Cameroun (2-1 ap). Une défaite amère vécue comme un drame national.

Au coup de sifflet final du match entre l’Algérie et le Cameroun (1-2 ap), le sélectionneur des Fennecs Djamel Belmadi s’est effondré sur le terrain, inconsolable. Pendant quelques minutes, les techniciens ont cru donner la principale qualification pour le Mondial-2022.

Ils sont l’équipe qui avait réussi à revenir au score (1-1), synonyme nul de qualification, plus dans tous les derniers moments de prolongation, le Camerounais Karl-Toko Ekambi a douche ses ambitions en marquant un but décisif. Les Lions indomptables, battus à l’aller (0-1), n’ont obtenu que la meilleure note au profit du plus grand nom des buts à l’extérieur.


“Le château de cartes s’effondre”

“Le ciel nous est tombé sur la tête. C’est du football, c’est du sport. Mais c’est toute notre vie, en même temps”, a déclaré Djamel Belmadi lors d’une conférence de presse. “On est effondrés. On a mis notre vie entre parenthèses pour ce match. Pour notre pays, notre peuple”, at-il expliqué, toujours très ému après cette cruelle défaite.

“Je ne sais pas si on a failli mentalement. À dix secondes d’un Mondial, c’est sûrement un problème de concentration, de lucidité”, at-il noté, évoquant le but de Karl Toko-Ekambi. “On n’a jamais été mis en danger, jamais dominé, sauf sur coups de pied arrêtés et ces dix secondes”, at-il encore j’ai blessé.

“Le château de cartes s’effondre”, a bis dit le coach champion d’Afrique 2019 avec cette équipe. “Tout le monde est abattu. On ne se voit pas ne pas y aller. Quelle cruauté de finir comme cela à dix secondes de la fin.”

“Ce mauvais scénario, il faut s’en remettre”, un commentaire de Djamel Belmadi, toujours évasif sur son avenir à la tête des Fennecs. “Aujourd’hui, c’est difficile pour moi de parler d’avenir. Il y a des bilans à faire”. “Il va failir se soulager. L’Algérie est une grande nation. Il ya encore de belles choisit à faire, avec ou sans moi”, at-il conclu.

“Le Manque de lucidité de nous-mêmes”

Après cette élimination, la presse algérienne a bien compris fait ses gros titres sur ce match. Le Quotidien d’Oran en fait sa une et désole du sort de cette équipe qu’un taux “une qualification pour la Coupe du monde 2022 au Qatar, qui lui tendait les bras”. Pour le journal algérien, Karl Toko-Ekambi a exploité “le manque de lucidité des nôtres pour s’inscrire un mais assassin, qui a littéralement scié les jambes aux verts”.

Tout sur l’Algérie n’est pas beaucoup plus tendre et évoque “un scénario dramatique”. “Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Les Algériens sont un peu trop vite vus au Qatar après la victoire ramenée du Cameroun vendredi dernier, pour le compte de la manche aller des barrages africains des éliminatoires du Mondial 2022”, estime le journal.

Le Soir d’Algérie fait la satire d’un rôle dans le titrant “Bye bye Qatar”. Pour le quotidien, “la sélection de Djamel Belmadi pour accomplir un match tout en souffrance. Pour s’incliner en toute fin de match sur un coup assassin de Karl Toko-Ekambi.” Le Moudjahid estime qu’ils sont du côté que les Verts ont été “piégés”. Le journal résume que les Algériens, “trop ​​​​​​nervioux, ont été battus par leur bête noire, les Lions indomptables du Cameroun”.

Avec l’AFP

Add Comment