la question du temps de jeu effectif commence à faire rage

« En Europe, il y a plus de jeu et moins de tricherie ». Les plans d’Unai Emery pour le week-end, après le choc entre Villarreal et Séville, pourraient se résumer à ce que les fans de la Ligue pensaient à l’heure actuelle. Il faut dire que depuis des années déjà, la tendance en Espagne est au jeu plutôt basée sur la défensive, où on cherche à anihiler et couper le jeu ajouté plutôt qu’à vraiment attaquer et faire mal au rival balle au pied. Certes, on a pu noter une Certaine évolution cette saison, avec un jeu généralement un peu plus fluide et de équipes comme le Betis ou le Rayo qui tentente de s’extirper de ce cliché, mais ce mode reste bel et bien présent et on peut Je vais trouver tous les week-ends.

La suite après cette publicité

Un problème laissé en avant par certains coachs et certains joueurs depuis quelque temps, à l’image de ce qui se passe avec Fekir. Particulièrement ciblé pour les fautes et l’agressivité des adversaires, le Français a généré un bon nombre de débats de l’autre côté des Pyrénées, et du côté du Betis comme ailleurs, de l’avis que les joueurs de ballon ne sont pas suffisamment protégés. Une chose est sûre : le jeu est dur en Liga. l’endroit Qui a marqué A récemment dévoilé une liste avec les équipements ayant le plus de cartons cette saison. Et parmi les 13 clubs cités… il y a déjà 10 formations de Ligue ! Sachant qu’en plus le championnat espagnol a toujours une ou deux journées de retard sur le reste des ligues européennes car il commence un peu plus tard.

Le championnat avec le plus de cartons

Avec un jeu très haché et des fautes en permanence, difficile de voir du spectacle sur le pré. Mais les joueurs et les entreîneurs ne sont pas les seuls acteurs du jeu pris pour cible par les critiques. La question de l’arbitrage fâche aussi. Certains estiment que les arbitres espagnols sont trop stricts, et qu’ils devraient laisser jouer un peu plus, plutôt que de siffler la faute au moindre contact. Les torts seraient donc partagés entre les entraîneurs qui demandent à leurs joueurs de couper le jeu en étant agressif, et les arbitres qui sifflent au moindre coup d’épaule. Tout comme ils ne sont pas toujours assez sévères au niveau des cartons rouges par exemple, ce qui incite les joueurs à continuer de charcuter.

Ce week-end, un supporter de l’Athletic, présent à San Mamés pour la face du match à Valence, a publié une autre statistique qui en dit long : il y a eu 29 minutes d’interruption, rien qu’en deuxième période ! C’est à dire qu’entre les fautes, les touches, les répliques, les pertes de temps volontaires et consorts, il n’y a eu qu’un peu plus d’un quart d’heure de temps de jeu réel ! Et même si cette saison les arbitres espagnols ont eu la consigne de ne pas hésiter à mettre des arrêts de jeu assez longs – on a souvent des rencontres qui ont plus de 7 o 8 minutes de temps addnel, force est de succession que cela ne change pas grand-chose… Autant je dirai que les dirigeants de la Ligue sauront trouver des solutions au terme de la cour pour que l’Espagne redécouvre rapidement le beau pays !

Add Comment