5 raisons pour lesquelles l’OM à reporter cette “petite” coupe d’Europe

Si le lointain voyage à Bakou (Azerbaïdjan), ou Marseille a affronté jeudi Qarabag en barrage retour de Ligue Europa Conférence ne tombe pas au meilleur moment, voilà en cinq raisons pourquoi la Qualification pour la suite de la nouvelle C4 est importante pour l’OM .

Même effectué dans de bonnes conditions, avec un vol aménagé, je l’ai amené jusqu’à la capitale de l’Azerbaïdjan est un périple, l’un des plus longs que soient dans les concours européens, plus ceux qui ont déjà conduit les Marseillais cette saison à Moscou ou Istanbul.

Mais voilà cinq raisons qui expliquent pourquoi ce déplacement pourrait faire du bien aux Marseillais :

1. Parce qu’il tient après le gros faux pas de Marseille à domicile

Ce match entre ces jours après une visite à domicile contre Clermont (2-0) et même après 72 heures avant un nouveau déplacement à Troyes, que l’OM a juste réussi à faire décaler de 13h00 à 17h00 dimanche .

Ce match, qualificatif pour les huitièmes de finale de C4, tombe aussi dans une période compliquée sur le plan des résultats, avec trois défaites lors des six dernières rencontres, et alors que certaines tensions apparaissent dans le groupe.

2. Parce qu’au sein du groupe il faut aérer les esprits

Avant le dimanche défaite, la semaine marseillaise avait beaucoup tourné autour des états d’âme de Milik et des réponses assez fraîches de Sampaoli.

Dimanche après la gifle clermontoise, le capitaine Dimitri Payet a évoqué des “têtes à dégonfler”.

Breve, le contexte n’est pas particulièrement porteur à l’heure de retrouver Qarabag, certes nettement battu 3-1 à l’aller au Vélodrome mais qui ya fait bonne impression, Sampaoli jugeant même que l’OM avait été “dépassé” dans le jeu

3. Parce qu’il est grand temps de gagner quelque chose

Les Marseillais l’assurent : cette C4, dernière-née des compétitions européennes diffusées cette saison, les intéresse au plus haut point. Surtout quand au pedigree d’un club d’avant-garde en Ligue des champions (C1) en 1993 et ​​triple finaliste de la Coupe de l’UEFA puis de sa remplaçante, la Ligue Europa (C3), en 1999, 2004 et 2018.

“On a l’obligation avec notre histoire d’être toujours compétitives, surtout avec l’histoire d’amour entre l’OM et les compétitions européennes”avait ainsi déclaré Pablo Longoria lors du tirage au sort des barrages.

Le défenseur Alvaro, qui a pu retrouver une place de titulaire dans le cadre d’une vaste rotation possible, l’avait aussi parlé d’“objectif clair”.

“C’est dur d’être éliminé de la Ligue Europa. Mais si on va en demi ou en finale de la C4, verra les chooses différemment. Il y a de bonnes équipes et tu joues pour un titre. C’est ça notre mentalité “J’ai assuré l’Espagnol au mois de décembre.

Le sentiment est le même chez Sampaoli : “Ce club, cette ville, ces gens, ont besoin de gagner quelque chose”.

4. Il semble que financièrement une gagnante aussi du bien

Sur le plan économique, la conférence Ligue Europa est évidemment infiniment plus lucrative que la Ligue des champions. Mais pour un club aux finances fragiles, impossible à négliger.

Car ils sont parcours en Ligue Europa, l’OM a déjà touché un peu plus cinq millions d’euros, hors part variable.

Un sacre en C4 lui rapporterait environ 9 millions d’euros de plus, une demi-finale 4 millions d’euros.

5. Il parait que l’OM pourrait profiter d’un bon coefficient UEFA

C’est ce classement européen qui a valeur aux Provençaux des tirages au sort compliqués cette saison en Ligue Europa (Lazio, Galatasaray, Lokomotiv Moscou) et l’année dernière en Ligue des champions (Manchester City, Porto, Olympiakos).

L’OM figurait alors dans le chapeau 4 et était dans le pot 3 cette année en C3, tout près du PSV Eindhoven, dernier du chapeau 2.

Lors de sa première saison, Marseille a été classé 57e dans une classe UEFA. Il est déjà remonté au 45e rang et pourrait encore grimper.

S’ils ont été éliminés en barrage jeudi, les Marseillais n’ajouteront que 2,5 points à leur total actuel (34.000). More ensuite, chaque victoire vaudra deux points et chaque nul un point.

Le pécule pourrait aussi grossir avec un point de bonification pour les demi-finalistes et les finalistes. De quoi justifier les longs voyages et soigner la dynamique d’une équipe rattrapée par le doute.

Add Comment