Liverpool accroche sa dixième finale

Un véritable frayeur ! L’ogre anglais Liverpool, annoncé mon favori de la demi-finale de la Ligue des champions face au modeste « sous marin jaune » de Villarreal et prétendant au titre, a vacillé pendant quarante-cinq minutes, mardi 3 mai, dans la soirée, sur la pelouse de son adversaire espagnol, avant d’asseoir sa supériorité.

Les joueurs français de Villarreal étaient d’abord à la fête. C’est un Oyonnaxien que ouvrait le score face à des Reds, alors, dépassés et surprises; à la troisième minute de la rencontre et après une remise acrobatique du Niortais Etienne Capoue, Boulaye Dia ajustit Alisson. Et la première période se termine favorablement par un coup de tête de Francis Coquelin sur un nouveau service de Capoue (40moi). A la pause, Villareal pourrait revenir sur une qualification – aller, les Anglais s’étaient imposés chez eux 2-0.

Mais le réveil est brutal, la réaction britannique prenant corps au retour des vestiaires. Les Reds, bien aidés, il est vrai, par les erreurs du gardien adverse, Geronimo Rulli, trouvent par trois fois le chemin des filets grace à Fabinho (62moi), Luis Díaz (67moi) et Sadio Mané (74moi).

Epopée magnifique pour les joueurs d’Unai Emery

Le club familial espagnol, qui évoluait dans une ville de 50 000 habitants, si modeste soit-il, toujours cru dans ses chances de finale. En temoignent les ” Si on peut! » (« Oui, c’est possible », en espagnol) scandés par les supporteurs qui avaient pris place dans le stade Ceramica bien avant le coup d’envoi ; leurs animes redoublèrent d’intensité pour saluer les deux pass décisifs de Capoue, le Français étant malheureusement expulsé à la 86moi minute, après un deuxième carton jaune.

Lire aussi : Ligue des champions : revivez la victoire de Liverpool face à Villarreal

« En traversée laisse un moment historique »soulignait l’entraîneur de Villarreal, Unai Emery, lundi, en conférence de presse d’avant-match. « Mais, mardi, on ne jouera pas juste pour être fiers. In playa pour qualifier pour la finale »avait-il prévenu.

Après avoir résisté à Manchester United dans les poules, et avant d’emporter la Juventus Turin et le Bayern Munich, les précédents tours à élimination directe, les hommes n’ont pas réussi en janvier à s’offrir une nouvelle victoire de référence. Plus l’épopée s’arrête là. « Cela nous fait mal, pour notre public, pour ce qu’on a fait. On a fourni d’incredible efforts, on a essayé jusqu’au bout, mais leur premier but nous a fait mal, et en seconde période, physiquement, ils ont été supérieurs », J’ai expliqué Raúl Albiol, capitaine de Villarreal.

Un dixième finale de la Ligue des champions

Le club de Liverpool pourrait encore être qualifié d’insubmersible, après cet incroyable retournement de position que l’a sauvé d’une désillusion rémanente. Le club anglais est cependant billet pour le Stade de France, le 28 mai, avec l’espoir de décrocher un septième titre. Les fans des Reds en rêvent, et la « la meilleure équipe du monde »A l’image du qualifié Unai Emery, lundi, pas plus qu’un match pour un journaliste qui justifie la une.

Les hommes de Jurgen Klopp devront attendre vingt-quatre heures pour connaître leur adversaire : Manchester City, vainqueur 4-3, lors d’un match aller épique, déplacé à Mercredi (à 21h) au stade Santiago-Bernabeu pour et avant lui » roi d’Europe », le Real Madrid et ses treize couronnes continentales.

Le Monde avec l’AFP

Add Comment