le système Pep Guardiola a-t-il atteint ses limites ?

Comme depuis 2011, l’entraîneur mancunien, dont l’équipe faisait partie des favoris de la compétition, ne soulèvera pas la coupe aux Grandes Oreilles cette saison.

«Quand on a été mieux dans le match, on était qualifié pour la finale. En disponibilité le match sous contrôle et eux ont commencé à jouer haut et ont réussi à marquer. J’ai l’expérience de savoir que nous n’étions pas encore en finale, mais on était proche. Ils sont capables d’écrire l’histoire, je l’ai déjà dit.» Ce mercredi soir, la déception était immense du côté de Pep Guardiola. Alors que Manchester City avait outrageusement dominé – du moins dans le jeu – le match aller des demi-finales de Ligue des champions face au Real Madrid (4-3) et perdu un avantage d’un mais au bout du temps réglementaire lors de A la rencontre retour, les Citizens ont été éliminés de la compétition, battus pour un Real Madrid au mental d’acier, capable d’égaliser en l’espace de quelques minutes avant d’arracher son billet pour la finale de la C1 dans les prolongations. Une nouvelle désillusion pour l’entraîneur espagnol que n’a plus déclenché la coupe aux Grandes Oreilles depuis 2011 lorsqu’il l’a réalisé «magnifique» Le FC Barcelone emmené par Xavi Hernández, Andrés Iniesta et Lionel Messi.

VOIR ÉGALEMENT – La joie du Real Madrid après sa qualification pour la finale de la Ligue des champions

Vous dirigez trois grands clubs…

Sur les onze dernières années, les résultats de Pep Guardiola en Ligue des champions ne sont pas mauvais en soi. Ils retent néanmoins clairement insuffisants au vu d’une partie de son statut – il est considéré comme l’un des plus grands techniciens du XXImoi siècle – et d’autre part des mastodontes qu’il a direct. Après avoir quitté le FC Barcelone jusqu’en 2012, avec un palmarès rempli à ras bord, l’Espagnol jusqu’aux rênes du FC Bayern Munich depuis juillet 2013 ; Le FC Bayern Munich vient tout juste de réaliser l’une des plus belles saisons de son histoire avec un triple championnat historique-coupe nationale-Ligue des champions. Trois ans plus tard, l’ex-milieu de terrain a ensuite posé ses valises en Angleterre, à Manchester plus précisément, pour prendre en main les Citizens ; Les citoyens alors en plein développement et qui disposaient déjà de ressources quasiment illimitées pour améliorer leur effectif.

…plus de résultats et moins de participants en C1

Pourtant, juste après le club bavarois ou après la formation britannique, Pep Guardiola ne rééditera jamais en Ligue des champions les performances qu’il a montrées à Sienne lorsqu’il oficiait en Catalogne. Comme s’il était I confronted, in dehors de ses terres natales, à un mystérieux plafond de verre qu’il ne réussit pas, année après année, à briser. Avec le FC Bayern Munich, son parcours dans la plus belle des coupes d’Europe reste plus qu’honorables puisqu’il ateint le dernier carré lors de chacune de ses saisons (2013-2014, 2014-2015 et 2015-2016). More aucun titre et aucune finale malgré un effectif extrêmement talentueux et expérimenté. Après avoir dirigé Manchester City, les Citizens ont gravi les échelons, s’imposant depuis plusieurs années parmi les grans favoris de la compétition : huitièmes de finale en 2016-2017, quarts de finale en 2017-2018, en 2018-2019 et en 2019 -2020, puis finale en 2020-2021. Beaucoup pensaient d’ailleurs que l’édition de la dernière saison est la bonne pour le technicien espagnol, qu’il retrouverait la joie de délicatement la coupe aux Grandes Oreilles. Malheureusement pour lui, son équipe s’est heurtée à la solidité et à l’efficacité du Chelsea de Thomas Tuchel.

Des principes de jeu offensifs…

C’est la chose la plus frustrante pour Pep Guardiola qui est aussi bon en Allemagne qu’en Angleterre, ses équipes ont dominé les compétitions nationales. En trois saisons hors du Rhin, la vieille jeunesse de Johan Cruyff a ramené la Bundesliga à plusieurs reprises, et plus d’une fois, la DFB-Pokal (Coupe d’Allemagne) est revenue à de nombreuses reprises. L’Outre-Manche, les Citizens et l’élargissement enrichissent leur palmarès après 2016 avec la Premier League – et peut-être une quatrième cette saison – une FA Cup et quatre League Cup. Car le natif de Santpedor a remis au goût du jour le «Football total» et a profondément influencé le monde du football pour sa volonté de maîtriser le jeu, d’attaquer en nom, mais aussi pour leur audace tactique, lui qui n’hésite pas à inventer (ou réinventer) des concept tels que «numéro du faux neuf» – comprendre jouer sans attaquant de pointe de métier – ou «le côté intérieur» – c’est-à-dire de plaisir son arrière droit ou gauche dans l’axe dans la construction du jeu quand la majeure partie des équipes utilise ces joueurs pour dédoubler.

…à l’avantage de l’adaptateur pour Gagner ?

C’est ce jeu que fait sa force, son originalité…mais qui est aussi à l’origine de ses limites sur la más grande scène européenne depuis 2011. Tu n’as pas à te défendre correctement quand tu es privé, parfois temporairement, avec le ballon et qui n’ont pas les ressources physiques ou tactiques pour exercer un pressing intense et avoir la force du ballon. Comme s’ils étaient tellement habitués à être en position de gonflement qu’ils deviennent incapables de se sublimer défensivement dans des moments cruciaux. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré Arsène Wenger sur être au sport ce mercredi soir :«Regardez à 1-1, quand Grealish est contre Carvajal, il n’a pas réussi à passer facilement, facilement trop. Il faut absolument se battre pour arrêter ce centre ! Tu ne veux pas du ballon dans la surface, tout peut atteindre quand tout le monde avance. C’est là que City n’a pas sécurisé le match, dans sa manière de défendre sur les côtésà J’ai expliqué l’ancien entraîneur d’Arsenal. Parce qu’ils ont concédé des occasions. Juste au moment où l’on songe au départ de Benzema (sur le mais de l’égalisation, ndlr), ils n’ont pas vraiment attaqué le ballon. Ils ont fait de grosses erreurs.» En fin de contrat avec l’année prochaine, Pep Guardiola devrait avoir une dernière chance de ramener une première Ligue des champions à Manchester City. Vais-je considérer comme dogmatique sur le plan stratégique, acceptera-t-il d’adapter ses principes pour reporter de nouveau le plus beau trophée européen ?

Add Comment