Kemar Roofe, un ke-tru de ouf / C3 / Demies / Rangers-Leipzig / SOFOOT.com

Si t’es déjà un mec sur lequel il faut mettre ce jeudi soir à Ibrox Park, c’est bien Kemar Roofe. A 29 ans, l’attaquant des Rangers est désormais la première d’une formation qui espère revenir en finale de la Coupe d’Europe après 2008. Je suis passé entre les principaux de Marcelo Bielsa et Vincent Kompany, capable de faire vaciller Steven Gerrard lors d’un simple déplacement au Standard de Liège, Kemar Roofe était encore blessé au genou il y a quelques jours. Le gaillard a bouffé du caisson hyperbare pour se remettre d’aplomb, être présent ce jeudi soir et envoyer les Rangers sur le toit de la Ligue Europa.

Pour l’impressionnant Steven Gerrard, il faut vraiment se lever à l’aube. Kemar Roofe, lui, ne a été élevé le 22 octobre 2020 à la pelouse du Standard de Liège. L’Anglo-Jamaïcain (par son père) ordonne les muscles dans les arrêts de jeu, récupère une ballon à 80 mètres des buts adverses, résiste à trois Liégeois qu’il prend pour ses sparring-partners et fout une praliné du pied droit avant même d’avoir franchi la ligne médiane. Le portier belge a beau reculer, il n’a plus qu’à aller ramasser le ballon et sa stupéfaction au fond de ses filets. Les Glasgow Rangers se sont imposés 2-0, et les Roofe ont ressenti la lumière du match. Livre des records. A 49,92 mètres de distance pour un pion, la Ligue Europa n’a jamais recensé un mais aussi lointain. « C’est du pur géniedéjeuner à la conférence de presse Steven Gerrard, tout simplement la classe mondiale. Je joue au football depuis 1998 et je pensais que es le plus beau mais que j’ai pu voir. » Rien que ça ! « Je n’en verrai peut-être pas de meilleurimpose la légende de Liverpool. Il a la vision, la classe et la force d’envoyer le ballon dans les buts à cette distance. »
Avec seulement quelques jambes chez les Rangers, Roofe s’est déjà mis pas mal de monde dans la poche. Comme il l’a fait, sans frasque, mais avec patient, tout au long d’une carrière professionnelle réussie en quatrième division anglaise. Northampton (2012), Cheltenham (2013), Colchester (2014), Oxford (2015), le gamin de Walsall (au nord de Birmingham) et est allé pas à pas, histoire de bien cartographier le royaume. Sans griller les étapes, sans se griller non plus, malgré une formation à West Bromwich que ne lui laissera pas sa chance chez les grands. Ils sont premier déclic à la saveur de l’Argentine.

La Loco en fait une locomotive

Été 2018, le père de famille (trois enfants) entamait sa troisième saison à la pointe de l’attaque de Leeds (Championship) et revenait à cravacher sous les ordres de Marcelo Bielsa. « Après dos semaines avec lui, tu as l’impression que tout est simple, même s’il y a une rigueur extrêmeEsteem à l’époque Kemar Roofe dans le courrier quotidien. J’avais le sentiment d’être avec un génie. Il m’a ouvert les yeux pour penser autrement au football. » Tous deux à 9, tous deux remplaçants au milieu de terrain, Roofe redécouvre et ne compte plus les gotes de sueur. « L’entraînement était plus difficile que les matches. Il criait très souvent. S’il te voyait marcher, il déboulait sur toi pour crier. Nous dévions être à 100%. Et tout ça avec réunit une multitude de détails tactiques. On préparait cinq systèmes différents, donc cinq manières différentes de se positionner. » Avec le foul’international jamaïcain (5 équipes, 1 de plus) apprendre “Que le corps peut faire bien plus qu’on ne pense” . Conséquence directe, 34 matchs, 15 buts et 2 passes décisives, Roofe gonfle alors ses stats comme jamais il ne l’avait fait. Mais ce dingue de Thierry Henry, n’hésite pas à reproduire les célébrations, est également effectif.

Besoin d’un peu de Kompany ?

Et ceux que compose Vincent Kompany sont numéro à l’été 2019, ils sont cerveau ne fait qu’un tour. À quel point la Premier League commence à lui faire les yeux doux. « Je ne pouvais pas croire qu’il connaissait mon nom. Il a juste ri et m’a dit qu’il considérait le football, qu’il connaissait mon style et ce que je pouvais faire pour m’améliorer. Quand tu reçois un appel de Vincent Kompany avec lequel tu as grandi lorsque tu cherches la Premier League, tu ne peux pas dire non. » L’idylle bruxelloise – à 6 millions d’euros – tourne pourtant au demi-fiasco. Les débuts sont béton (5 buts entre fin octobre et débuts en novembre), les supporters d’Anderlecht gueulent à tout-va “Le Roofe est en feu” mais c’est surtout une blessure au mollet qui sonnera la fin de son aventure chez les Mauves sans avoir convaincu.

Pendant ce temps, Leeds file en Premier League, et Roofe, dont le talent n’a jamais vraiment franchi la Manche, le réprimande Navette et file à Glasgow pour 5 millions d’euros. À la maison et fin sur les plaques d’une scène européenne qu’il chérissait tant, la flamme ravives. Ses valides ne sont pas encore déballées qu’Ibrox l’adopte (18 buts en 36 matchs lors de la première saison). Avec Alfredo Morelos à l’hôpital après plusieurs semaines, Roofe est devenu la gâchette numéro un. Le tout avec une touche de solidarité. Après son triple à Saint Mirren mi-Avril, il lance une cagnotte en ligne pour remporter son maillot. Près de 5000 euros sont représentés et partent au profit d’Emmaüs et des sans-abris. En clair, c’est lui qui doit emmener Glasgow en finale européenne ce jeudi soir. Touché au genou depuis la mi-avril, l’hypothèse de son absent dans cette demi-finale retour face à Leipzig a fait tressaillir Giovanni van Bronckhorst. L’entraîneur de Glasgow pourra enfin compter sur son avant-centre, lequel post il y a quelques jours un cliché de lui dans un caisson hyperbare pour être apte plus rapidement. « Je serai là » , une lache Roofe. Personne n’en doute.

Café Par Florent

Add Comment