Discuter des influences de la Ligue des Champions sur le Ballon d’or ?

Un joueur doit-il gagner la Ligue des champions pour reporter le Ballon d’Or masculin ? La Coupe d’Europe est utile, mais ce n’est plus une condition sine qua non après 2000. Analyses deux listes que présentent l’influence d’un succès sur la scène européenne dans l’attribution de la plus belle récompense individuelle.

Deux des quatre principaux prétendants au Ballon d’Or de cette année sont encore en lices en Coupe d’Europe après les quarts de finale. Karim Benzema s’est qualifié pour les demi-finales avec le Real Madrid. Robert Lewandowski a éliminé Villareal avec le Bayern et Mohamed Salah qui a fait un rallye en demi-finale avec Liverpool alors que Kylian Mbappé et le Paris Saint-Germain sont déjà éliminés. Le quatuor est en tête chez les bookmakers, d’autres coûts risquent de changer avant que France Football ne fasse référence au prix, déterminé cette année pour la campagne 2021-22 dans son intégrale, par différence à l’année civile.

Ce sera aussi le cas à l’avenir, même si le Ballon d’Or a tendance à s’imposer sur toute la saison qui le précède, les grandes tournées internationales influenceront aussi le résultat.

Mais quelle est l’importance exacte de la Coupe d’Europe ? Nous nous penchons un peu plus sur deux listes pour voir si la réussite en Europe est nécessaire pour obtenir le Ballon d’Or.

VAINQUEURS DU BALLON D’OR + RÉSULTATS EN LIGUE DES CHAMPIONS

Tout d’abord, la liste des lauréats du Ballon d’Or après 2000, et leurs résultats en Europa l’année où la finale a eu lieu, y compris l’équipe pour laquelle ils jouaient à l’époque :

  • 2000 : Luis Figo (Barcelone/Real Madrid) – Demi-finales de la Ligue des champions (avec Barcelone)
  • 2001 : Michael Owen (Liverpool) – Passe en Ligue des champions
  • 2002 : Ronaldo (Inter/Real Madrid) – Passe en Ligue des champions (avec l’Inter)
  • 2003 : Pavel Nedved (Juventus) – Finaliste de la Ligue des champions
  • 2004 : Andriy Shevchenko (AC Milan) – Quart de finale de Ligue des Champions
  • 2005 : Ronaldinho (Barcelone) – Huitièmes en finale de la Ligue des champions
  • 2006 : Fabio Cannavaro (Real Madrid) – huitièmes de finale de la Ligue des champions
  • 2007 : Kaká (Milan) – champion de la Ligue des champions
  • 2008 : Cristiano Ronaldo (Manchester United) – Vainqueur de la Ligue des Champions
  • 2009 : Lionel Messi (Barcelone) – Vainqueur de la Ligue des Champions
  • 2010 : Lionel Messi (Barcelone) – Demi-finales de la Ligue des champions
  • 2011 : Lionel Messi (Barcelone) – Vainqueur de la Ligue des Champions
  • 2012 : Lionel Messi (Barcelone) – Demi-finales de la Ligue des Champions
  • 2013 : Cristiano Ronaldo (Real Madrid) – Demi-finales de la Ligue des champions
  • 2014 : Cristiano Ronaldo (Real Madrid) – champion de la Ligue des champions
  • 2015 : Lionel Messi (Barcelone) – champion de la Ligue des champions
  • 2016 : Cristiano Ronaldo (Real Madrid) – Vainqueurs de la Ligue des champions
  • 2017 : Cristiano Ronaldo (Real Madrid) – Vainqueurs de la Ligue des champions
  • 2018 : Luka Modric (Real Madrid) – champion de la Ligue des champions
  • 2019 : Lionel Messi (Barcelone) – Demi-finales de la Ligue des champions
  • 2020 : s.o.
  • 2021 : Lionel Messi (Barcelone/PSG) – Huitièmes de Coupe d’Europe (avec Barcelone)

On peut affirmer que la victoire en Coupe d’Europe a été décisive lors des 14 dernières fois, sur une période de cinq ans de 2014 à 2018. La domination du Real Madrid au cours de cette période a permis à Cristiano Ronaldo de Reporter la récompense trois fois, et à Luka Modric une fois, ce dernier s’étant également distingué le parcours de la Croatie à la finale de la Coupe du monde en 2018.

La Coupe du monde est bien connue, qui est déterminée par la victoire de Ronaldo en 2002 et de Fabio Cannavaro en 2006, comme les Ballons d’Or rapportés par Messi aux champions non vainqueurs de la Ligue des champions l’ont été après une année forte en termes de buts (j’ai marqué 91 buts en 2012) ou, pour 2021, après la victoire de l’Argentine en Copa America.

TOP 10 BALLON D’OR + VAINQUEURS DE LA COUPE D’EUROPE

Ce qui est partiellement garanti, c’est que les vainqueurs de la compétition auront au moins un joueur dans le top 10 :

  • 2000 : Real Madrid – 1 (Raúl 9ème)
  • 2001 : Bayern Munich – 1 (Kahn 3ème)
  • 2002 : Real Madrid – 3 (Carlos 2ème, Zidane 4ème, Raúl 7ème)
  • 2003 : AC Milan – 2 (Maldini 3ème, Shevchenko 4ème)
  • 2004 : Porto – 2 (Déco 2ème, Carvalho 9ème)
  • 2005 : Liverpool – 1 (Gerrard 3ème)
  • 2006 : Barcelone – 2 (Ronaldinho 4e, Eto’o 6e)
  • 2007 : Milan AC – 2 (Kaká 1er, Pirlo 5e)
  • 2008 : Manchester United – 1 (Ronaldo 1er)
  • 2009 : Barcelone – 4 (Messi 1er, Xavi 3e, Iniesta 4e, Eto’o 5e)
  • 2010 : Inter – 1 (Sneijder 4ème)
  • 2011 : Barcelone – 3 (Messi 1er, Xavi 3e, Iniesta 4e)
  • 2012 : Chelsea – 1 (Drogba 8ème)
  • 2013 : Bayern Munich – 2 (Ribéry 3e, Robben 8e)
  • 2014 : Real Madrid – 2 (Ronaldo 1er, Di Maria 10e)
  • 2015 : Barcelone – 4 (Messi 1er, Neymar 3e, Suárez 5e, Iniesta 9e)
  • 2016 : Real Madrid – 3 (Ronaldo 1er, Bale 6e, Pepe 9e)
  • 2017 : Real Madrid – 3 (Ronaldo 1er, Modric 5e, Ramos 6e)
  • 2018 : Real Madrid – 3 (Modric 1er, Ronaldo 2e, Varane 7e)
  • 2019 : Liverpool – 4 (Van Dijk 2j, Mane 4j, Salah 5j, Alisson 7j)
  • 2020 : Bayern Munich – N/A
  • 2021 : Chelsea – 2 (Jorginho 3e, Kante 5e)

Ce facteur est sans doute devenu plus important ces dernières années, Liverpool ayant placé quatre joueurs dans le Top 10 en 2019 comme Barcelone en 2009 et 2015.

Pendant trois années consécutives, de 2016 à 2018, le Real Madrid dans trois dans le top 10, ce qui a également rencontré une tendance à l’émergence de défenseurs considérés comme prétendants – Pepe, Sergio Ramos et Raphael Varane, avant que Virgil van Dijk de Liverpool ne vienne ensuite bousculer Messi en 2019.

Et pour 2022 ans ?

L’enjeu du concours est encore inconnu, mais elle aura certainement une influence sur le vote du Ballon d’Or. Si, par exemple, Manchester City revient en Ligue des champions, Kevin De Bruyne deviendra le vainqueur du Ballon d’Or, tout comme Bernardo Silva, Ruben Dias, Ederson, Phil Foden et Riyad Mahrez feront partie du top 10.

De même, en cas de victoire à Liverpool, Salah pourrait devenir sa faveur, et un résultat similaire en 2019 pourrait se produire avec Van Dijk, Alisson et Sadio Mané participant également au top 10, et potentiellement Trent Alexander-Arnold également. Tout cela reste hypothétique pour l’instant, mais si le Real Madrid gagnait, alors les paris seraient fermés et Benzema une quasi-garantie.

Tetê, la nouvelle merveille brésilienne de l’OL

Hugo Ekitike, la nouvelle pépite du Stade de Reims

Cinq choisit le savoir-faire de Jonathan David


Add Comment