Chelsea-Barcelone, l’avertissement de l’arbitre

Il y a trente ans, l’arbitre Tom Henning Ovrebo revenait sur la demi-finale retour de la Ligue des champions entre Chelsea et le FC Barcelone, ou ses décisions avaient provoqué la colère du club londonien.

Tom Henning Ovrebo. Voilà un nom qui ravive de mauvais souvenirs pour les supporters de Chelseaqui n’ont sans doute pas oublié cette demi-finale retour de Ligue des champions entre les Blues et le FC Barcelona en 2009. Après le match aller 0-0, le club londonien a été éliminé au bout d’un mais d’Andrés Iniesta dans los temps a ajouté (1-1).

Durant le match, Chelsea a réclamé un penalty à répétitions multiples, pour les contacts sur la surface de réparation ou sur le secteur. Dans les 10 dernières minutes, un flagrant main de Gerard Piqué à échappé à la vigilance de M. Ovrebo et, après le but d’Iniesta, un frappe de Michael Ballack à été contrée du bras par Samuel Eto’o. Les images de Ballack courant après l’arbitre en lui criant dessus ont marqué les esprits, tout comme laphrase de Didier Drogba à destination du Norvégien après la rencontre (“C’est une putain de honte”, “c’est une putain de honte”).

Treize et après que José Mourinho a fait appel à la suite “du scandale de Stamford Bridge”, M. Ovrebo a reconnu qu’ils se sont trompés dans un divertissement selon le Daily Mail. « Je ne pensais pas que les supporters de Chelsea avaient des raisons de contester qu’ils aimeraient quatre ou cinq pénalités, mais je pense que tous ceux qui connaissent le football et les enfants qui les ont sauvés aimeraient avoir pitié, admet-il. Cela arrive, sillonné par le VAR. Parfois vous ratez un penalty, parfois vous ratez un carton rouge ou une décision cruciale. Et je pensais que tous ceux qui connaissaient le football savaient qu’il aurait dû y avoir un penalty. Ils peuvent spéculer eux-mêmes sur l’action qui aurait dû valoir un pena. Je ne vous donnerai pas de réponse correcte à ce sujet il semble que je n’ai pas la bonne réponse, j’en ai juste ma perception. »

C’était avant VAR

Dans ce match évoquant, Guus Hiddink avait un jour avoué ceci : « Certaines personnes ont pensé que le match était truqué. Même si au fond de moi je n’y crois, peut-être que c’est la seule fois de ma carrière que j’ai commencé à voir un doute», avait confié l’entraîneur néerlandais. Pour sa défense, Ovrebo -qui a tout de même sorti un carton rouge pour le Barcelonais Eric Abidal lors de la réunion- n’a rien trouvé de mieux que de citer… le groupe Coldplay. « Ils ont une chanson où l’une desphrases est : ‘Quand vous donnez le meilleur de vous-même et que vous avez échoué’. »

Selon Ovrebo, l’erreur est humaine, et le Norvégien poursuivent si les protestations répétées des joueurs de Chelsea n’ont pas fini par malgré dans l’esprit sur ses dernières décisions, qui étaient sans doute les plus évidentes. « Dans un match comme cela, quand on vous réclame autant de pénalités, en tant qu’arbitre vous avez peur de vous faire avoir par une équipe. Peut-être que cela influenza mes perceptions de façon négative »sue-t-il.

Comme il l’a rappelé précédemment, M. Ovrebo n’avait pas d’assistance vidéo pour lui lui aide, à l’époque. Ce qui, selon lui, offrait plus de plaisir à l’arbitre. « Je pensais que la VAR est un bon choix pour le foot autant que c’est nécessaire, plutôt sûr, ça soulève aussi une part du plaisir de l’arbitre, il parait que tu as parfois le dossier de sécurité, explique-t-il. Pour moi, j’étais arbitre à une autre époque où nous n’avions pas cette technologie et j’ai beaucoup apprécié cela. Je vais vous dire qu’il y a trois positifs autour du VAR tellement qu’il est utilisé à bon escient. Plus de pression pour un arbitre est différente avec VAR que sans VAR, car vous avez toujours ce filet de sécurité. C’était l’une des choses que j’aimais dans le fait d’être arbitre avant la VAR, c’est qu’il y a une très courte distance entre être au paradis et enfer. » Demandez-donc à Didier Drogba et aux joueurs de Chelsea…

Add Comment