Wenger cible Grealish comme l’un des responsables de la défaite

Arsène Wenger, ancien manager d’Arsenal rapporté à la FIFA et consultant pour beIN Sports, estime heureusement Jack Grealish comme l’un des responsables de l’attaque de Manchester City sur le terrain du Real (3-1, ap).

Tout semblait ficelé pour la qualification de Manchester City en finale de la Ligue des champions. Et puis tout s’est effondré en deux minutes lors des arrêts de jeu, mercredi lors de la demi-finale retour de la Ligue des champions (3-1, ap). Un scénario invincible plus consécutif à des faits de jeu très rationnels, selon Arsène Wenger. L’ancien manager d’Arsenal (1996-2018) pointe le doigt sur le comportement de Jack Grealish sur l’action du deuxième mais madrilène.

“Il doit absolument se battre pour arrêter ce centre !”

“Regardez à 1-1, quand Grealish est contre Carvajal, il pourrait passer facilement, facilement troupe, faites confiance à l’ancien technicien sur beIN Sports ou à l’officiel en tant que consultant. Ils le font absolument être battre pour arrêter ce centre ! Tu ne veux pas du ballon dans la surface, tout peut arriver quand tout le monde avance. C’est là que City n’a pas sécurisé le match, dans sa manière de défendre sur les côtés. “Respectez la remise de Benzema (sur le but de l ‘égalisation, ndlr), ils n’ont pas vraiment attaqué le ballon. Ils ont fait de grosses erreurs”.

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour la Ligue des champions

Tout n’était pas si irrationnel dans ce nouveau retournement de position du Real Madrid. Wenger, désespérément en charge du développement du football à la FIFA, reconnaît que ces exploits résident aussi dans la capacité d’adaptation bluffante des Espagnols.

“Quand tu t’équipes d’un baiser d’une réponse à un problème, elle trouve toujours une solution”

“Quand vous êtes entraîneur et que vous perdez un match, vous rentrez chez vous et vous pensez toujours ‘qu’est-ce que j’ai fait de mal ?’, confie-t-il. Ce qui m’étonne, c’ Cette équipe est de Madrid, quand ils ont embrassé un problème, ils ont toujours une solution. Il y en a beaucoup qui ont marqué six mais contre City, et en ont marqué six contre Chelsea. est pas tous les jours que City concède six buts en deux parties Ils ont quelque chose de spécial.

Add Comment