Real Madrid sacré champion d’Espagne pour la 35e fois de son histoire

Leader des débuts en finale de Ligue cette saison, le Real Madrid en 35moi Titre national de son histoire à la suite de sa victoire contre l’Espanyol Barcelone (4-0), le même jour 30 avril, à quatre journées de la fin de la compétition, Carlo Ancelotti faisant le premier entraîneur à remporter les cinq grands championnats.

Sans la plupart des cadres, laissés au repos avant la demi-finale retour de Ligue des champions contre Manchester City mercredi, le Real a signé un festival pour porter l’estocade : deux buts du jeune Rodrygo (33moi44moi minutes), une troisième de Marco Asensio (55moi minute), et un dernier de l’incontournable Karim Benzema (81moi minute), meilleur buteur et meilleur passeur de Liga.

Les Madrilènes sont champions avec 17 points d’avance sur tout le dauphin provisoire, le Séville FC, remporté 1-1 par Cadix vendredi.

Je suis entré en jeu, Karim Benzema, porteur du brassard durant toutes les saisons, accompagné de Marcelo Vieira, capitaine officiel et titulaire samedi, a imaginé le trophée devant les 80 000 spectateurs du Santiago Bernabeu. Et ce sont 250 000 supporters qui assistent à la soirée à la fontaine de Cybèle, lieu traditionnel de célébration des sacres du Real à Madrid.

lire aussi Le Real Madrid, en quoi de Renaissance et d’identité

Marcelo Vieira dans la légende

Pour Marcelo Vieira, ce titre a une saveur particulière : remplaçant Ferland Mendy toute la saison, le lateral brésilien a dépassé samedi la légende Paco Gento et ses vingt-trois sacres, en devenant le joueur ayant glané le plus de trophées au sein du Real Madrid avec vingt-quatre titres.

Après deux échecs de Mariano Díaz de la tête (13moi22moi minutes), le vétéran madrilène a servi avec le jeune compatriote brésilien Rodrygo, auteur du score (33moi minute) et la voie du titre au Real Madrid, avant de doubler la mise juste avant la pause (44moi minute), encore du droit.

Et au retour des vestiaires, Marco Asensio accumule l’écart à la conclusion d’un contre (55moi minute). Lépreux d’Isco (72moi minute) à cette position annulée pour une hors-jeu, mais Karim Benzema a eu le temps de marquer le quatrième, sur une remise de Vinicius Junior (81moi minute), pour s’approcher à dos buts de la légende Raul et ses 323 buts.

Avec ce nouveau trophée, Carlo Ancelotti est devenu le premier entraîneur de l’histoire à rapporter les cinq grands champions de la planète football : il a été en Italie avec l’AC Milan (2004), en Angleterre avec Chelsea (2010), en France avec Paris (2013 ) et dans Allemagne avec le Bayern (2017), avant de régner sur l’Espagne. Le sorcier italien, 62 ans, un brillant reprend le lourd flambeau laissé par Zinédine Zidane. Vainqueur de la dernière Liga informé par le Real Madrid au début de la pandémie de Covid-19, en 2020, « Zizou » fait partie du dernier, lassé par les critiques et le manque de soutien des Dirigants.

Lire aussi : Carlo Ancelotti remplace Zinédine Zidane au Real Madrid

“Si je suis heureux, c’est pour ça que je suis bon”

Avec savoir-faire, Carlo Ancelotti a refusé de construire un cadre sain. J’ai gardé une colne vertébrale d’expérience avec Thibaut Courtois, Casemiro, Toni Kroos, Luka Modric et Karim Benzema, et j’ai fait un cocktail gagnant, avec l’émergence de Vinicius et Eduardo Camavinga, confirmés par Eder Militao et Ferland Mendy.

« C’est la première fois que je gagne un titre au Bernabeu, et l’ambiance, c’est vraiment quelque chose de spécial. Mois larmes, c’est génétique. Mon père aussi s’émouvait facilement, mon grand-père aussi… Si je pleure, c’est que je suis heureux »un “Carletto” glissé, très ému au coup de sifflet final.

Sous ses ordres, le Real s’est emparé de la première place dès la 3moi Journée de championnat, le 28 août, et ne l’a plus quittée pour finir par en faire son trône.

Le Real rêve désormais plus grand. L’ambitieux club de renverser Manchester City mercredi au Bernabeu après lui haletant 4-3 de l’aller pour accéder à la finale et s’octroyer une chance d’ajouter un 14moi titre de la compétition continentale à leur collection.

Le Monde avec l’AFP

Add Comment