Mondial 2022 : vainqueurs lors des barrages aller, l’Algérie et la Tunisie se rapprochent du Qatar

A l’occasion des barrages africains après la Qualification pour le Mondial 2022, les trois pays du Maghreb (Tunisie, Algérie et Maroc) sont revenus sur la bonne affaire du jour. Surtout les deux premiers. L’Algérie et la Tunisie s’imposent en dehors du tableau d’affichage (0-1), respectivement au Cameroun et au Mali. Ils prennent une très grosse option sur la Qualification avant le retour à domicile Mardi. Les Marocains, en décrochant le null au RD Congo, sont toujours en position favorable

Le gros coup de l’Algérie

L’Algérie avait quitté le Cameroun depitée lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations. Mais les hommes de Djamel Belmadi ont de l’orgueil et sont cette fois partis du Cameroun avec le sourire. Après un match rendu plus apathique que Séoul par un coup franc du Lyonnais, Karl Toko-Ekambi les inquiéta, les Algériens quant à eux triaient la tête de l’eau.

Si André Onana est sorti une superbe parade sur un contre d’Islam Slimani (13e), le deuxième duel entre les deux hommes a été rapporté par l’Algérien. Ils sont puissants coup de tête à la réception d’un coup franc excentré s’est glissé entre les gants du portier camerounais et la barre (0-1, 41e). Après le repos, une panne d’un projecteur a interrompu le match pendant sept longues minutes. Les Camerounais ont logiquement poussé mais sans se monrer vraiment percutants devant le but de M’Bolhi.

Le cauchemar du Malien Sissako face à la Tunisie

La réussite a été Tunisienne à Bamako sous une température de 38 degrés. Tout s’est joué en deux minutes et deux erreurs du même homme. L’ancien défenseur du PSG, Moussa Sissako, qui n’a jamais joué dans l’équipe première parisienne, à présent, bien malade lui, l’homme du match. Alors que le Mali fait tourner le ballon aux abords de sa surface, la Tunisie presse moyennement les défenseurs. Kouyaté passe le ballon à Sissako, place au centre juste devant sa surface. Et sans considérer la position de son gardien, le Malien adresse une passe en retrait beaucoup tropviolence et hors de portée de son portier.

A la surprise générale, la Tunisie ouvre le score (0-1, 35e) sur un des buts contre son camp les plus ridicules de l’année. Quelques instants plus tard, encore tourmenté par son improbable bourde, ce dernier commet une faute sur Seifeddine Jaziri en position dernier défenseur et est donc logiquement expulsé. Le cauchemar parfait devant son public. Il a dit contre une fois et la morale à Berne, la mission était impossible. Et la Tunisie s’est logiquement imposée.

Le Maroc s’est fait peur

Donné favori face au RD Congo, le Maroc de Vahid Halilhodzic a longtemps souffert face aux coéquipiers du Marseillais Cedric Bakambu. Ce sont d’ailleurs les Congolais, grands dominants en première période, qui ont ouvert la partition dès la 12e minute grâce à une frappe du droit de Wissa. Bakambu a ensuite manqué l’occasion de doubler la mise.

Halilhodzic, les prêches des Marocains ont été rejoués après des dénonciations rencontrées après une légalisation avec un penalty complété par Ryan Mmaee (55e). Mais ils ont fini par marquer à un quart d’heure de la fin sur une reprise de Tarik Tissoudali. En fin de match il n’y a pas de bonne affaire pour les Lions de l’Atlas. Plus ils devront hisser leur niveau mardi s’ils veulent s’éviter une immense déception.

Le Sénégal va-t-il télécharger le même sort que l’Italie ?

Après le champion d’Europe italien privé de Mondial, le champion d’Afrique sénégalais va-t-il mettre en ligne le même genre. Dans le premier remake de la finale de la Coupe d’Afrique des Nations, l’Egypte s’est imposée de justesse face au Sénégal (1-0). Tout s’est joué au bout de quatre minutes. Mohamed Salah, de prèsn frappe sur la barre mais le ballon revent sur Saliou Ciss qui marque contre son camp. Le Sénégal n’a pas démérité ensuite mais sans pouvoir égaliser. Le match retourné à Dakar Mardi s’annonce néanmoins intense.

Add Comment