tombeur de Kazan en finale, Monaco sur le toit de l’Europe

Le club du Rocher inscrit porte le nom des vainqueurs de l’Eurocoupe ce vendredi, au terme d’une victoire arrachée sur le parquet du favori de cette finale, les Russes de Kazan.

Première monégasque ! Au terme d’une rencontre à couper le souffle, la Roca Team, qui avait déjà signalé le premier match de la finale de l’Eurocoupe (C2) mardi (89-87), en Principauté, à la disposition de l’Unics Kazan ce vendredi (83-86), en russe, devant un peu plus de 5000 spectateurs. L’ASM de Rob Gray (25 pts) semblait avoir fait le plus dur en descendant 79-73 avec 3’35 à jouer dans cette deuxième manche, alors que les deux équipes sont restées dans un mouchoir tout du long (jusqu’à + 5 pour Kazan, +6 pour Monaco). C’était sans compter sur ce diable de Jamar Smith (10 pts), lequel inscrit 8 des 10 surivants de son équipe, dont un panier à deux points que rendait les commandes à la formation russe avec 15 petites secondes à jouer (83-81) . JJ O’Brien (16 pts) commence à faire une action à trois points (83-84), à 10 secondes de la fin du buzzer, et Smith manquait sont majoré. Marcos Knight (14 pts, 12 rbs) loue ses deux lancers (83-86) avec 3 secondes à jouer, Smith manquait une dernière prière au buzzer et Monaco pouvait exulter (83-86 score final). Marquez les 14 points de Dee Bost, l’un des quatre Monégasques à 10 points et plus dans cette partie à suspense.

Il s’agit du premier tenant du titre européen de l’AS Monaco, qui a navigué encore en Nationale 2 (4e division) lors de la saison 2011-12, avant l’arrivée à tête du riche l’homme d’affaires ukrainien Sergei Dyadechko. En 2014, Monaco a quitté la Nationale 1 pour la Pro B. Promotion en Jeep Elite l’année suivante, en 2015. Depuis, le club court toujours après un premier titre de champion de France, malgré trois premières place en saison régulière (2016 à 2018) et deux finales perdues (2018 et 2019), plus un reportage sur la Leaders Cup à trois reprises (2016 à 2018), les trois premiers trophées de leur histoire, avec une première finale et une troisième place en Ligue des champions (C3), respectivement en 2018 et 2017.

Cinquième club français vainqueur en Europe

L’an prochain, c’est en Euroliga que les joueurs de Zvezdan Mitrovic évalueront pour la première fois. C’était déjà acté avec l’accession en finale de l’Eurocoupe. Mais ils rejoignent l’Asvel par la grande porte avec ce succès en forme d’exploit. “Je ne réalise pas encore”, soufflé de Zvezdan Mitrovic. “Je ne veux pas envoyer : renter à Monaco, celebre avec mes coéquipiers et les supporters”, savoure combien Rob Gray, MVP de la finale. A noter que c’est la première fois qu’un club hexagonal rapporte l’Eurocoupe, du moins dans ce format et avec cette appellation, Limoges ayant tout de même rapport la C2 et ce qui s’appelait à l’époque la Coupe des coupes, en 1988. Le CSP a également fait main basse sur la Coupe Korac (1982, 1983, 2000), comme Pau-Orthez (1984) et Nancy (2002), sans oublier le sacre des Limougeauds en C1, en 1993. Nanterre était Jusqu’ ici, les derniers clubs français à voir inscrits sont nommés au palmarès d’une compétition européenne dans le cadre de l’Eurochallenge en 2015 et de la Coupe d’Europe Fiba, deux ans plus tard. Il faut désormais ajouter l’AS Monaco dans la liste des clubs français titrés sur la scène européenne. Capau bas.

Add Comment