Coupe du Monde 2022 : un tournoi de 32 équipes et non 48

La Coupe du monde 2022 au Qatar s’est terminée avec 32 équipes. La FIFA, qui prévoit le passage équitable du format à 48 équipes en disputant des rencontres dans au moins un pays voisin, a annoncé qu’elles renonçaient à son projet.

La FIFA, qui a présenté en mai une étude adaptable, a annoncé qu’elle passerait de 32 à 48 équipes dès 2022 au mondial du prochain congrès en juin à Paris. Elle a indiqué que « dans les circonstances actuelles, une telle compositeur ne pouvait être mise en œuvre ».

Le projet du président de la FIFA, Gianni Infantino, s’est heurté à un obstacle géopolitique majeur avec le blocus imposé au Qatar par de nombreux pays étrangers. Ce nouveau format, qui est révélé par la Coupe du monde 2026, qui se jouera dans trois pays (Etats-Unis, Canada et Mexique) implique de passer de 64 à 80 matchs. Sa mise en place dès 2022 aurait nécessité qu’un pays voisin du Qatar, comme le Koweït ou Oman, accueille des matchs.

Manque de temps

La FIFA et le Qatar ont “étudié la possibilité pour le Qatar d’accuser la tournée de 48 équipes conformément aux exigences de la FIFA”, a ajouté l’instance. Plus d’une analyse commune a conclu qu’en raison de l’avancement des préparatifs, plus les délais il fallait et une décision a été prise et le prix était en avance sur juin. Il a donc été décidé de ne pas aller plus loin dans cette option ».

Le Mondial 2022 au Qatar conserve le format original avec 32 équipes. «Aucune proposition ne sera soumise au congrès de la FIFA le 5 juin à Paris», ajoute l’instance.

Un échec pour Infantino

Cette annonce sonne comme un échec pour Infantino que s’était démené un peu partout dans le monde pour défendre son projet, avec apparemment l’appui de l’Arabie saoudite. L’Italo-Suisse poursuit dans le même temps est projeté par la Coupe du monde des clubs à 24 équipes dès 2021, qui n’est pas soutenue par l’UEFA.

Au tribunal de la FIFA après février 2016, lorsque Sepp Blatter a été démis de ses fonctions à la suite d’un vaste scandale de corruption, Gianni Infantino, seul candidat, a été assuré de lui pour un nouveau mandat le 5 juin du congrès de la FIFA à Paris.

Add Comment