Français du monde. Le Qatar rouvre ses portes pour la Coupe du monde 2022

Thierry Couderc dirige après quatre ans le métro et le tramway de Doha, la capitale du Qatar, un réseau de 37 stations et 75 kilomètres de lignes construits pour les groupes français Thalès, Alstom et Vinci. L’affiche d’une capacité de 600 000 voyageurs par jour, idéale pour transporter les spectateurs et les équipes de la Coupe du monde, fin 2022.

“Le sport, c’est vraiment le mode de communication des Qataris, temoigne le français, diplômé de l’École Sup Aéro de Toulouse. Pour eux, c’est un moyen d’être reconnu. Ils veulent être une fenêtre et une ouverture au monde à travers le sport”. Gymnastique, natation, équitation, basket, sports mécaniques ou golf : juste après la poussée pandémique, même un événement sportif de niveau international est organisé par l’hebdomadaire dans le pays.

Quant aux stades qui accueilleront les matchs de la Coupe du monde – qui auront lieu entre novembre et décembre 2022, tout est déjà prêt, assure Thierry Couderc : “Il ya neuf stades et ils sont presque finis, avec autour d’un très beau design, grandiose. Les Qataris ont toujours besoin de faire du beau. C’est la même chose quand vous vous promenez en ville à Doha, vous avez des immeubles magnifiques Ils sont toujours dans la recherche artistique avec leurs constructions.

Dans un pays où 85% de la population est immigrée, la gazette des émirats est régulièrement visée par les ONG internationales pour le traitement réservé par des centaines de milliers de travailleurs venus d’Afrique et d’Asie sur les grands chantiers. Des accusations sans aucun fondement, déclare Thierry Couderc : “Les conditions de travail à Doha sont bien connues que celles que j’ai en Europe, avec beaucoup de sécurité et des références occidentales en matière de construction. Sur le réseau du métro, les chiffres de décès sont du même ordre que sur le Métro en construction Londres autour”. Le Français n’hésite pas à parler d’une campagne médiatique anti-Qatar, un “Attaque contre le Qatar” J’ai ensuite piloté l’étranger sur fond de jalousie.

En dehors de la Coupe du monde de football, l’émirat devrait partir en 2030. »Il y a 50 ans, ce pays, c’était un désert. Le Qatar se développe rapidement grâce à la nouvelle lumière, plus d’une fois avant le pétrole, car on sait bien ici qu’un jour, on n’aura plus la possibilité de autant d’hydrocarbures et de look Les autorités qataries pensent au développement durable à travers de nouvelles énergies”.

L’émirat a ainsi lancé un important projet de centrale solaire de très grande envergure en collaboration avec le groupe français Total. Construit sur un site de 1 000 hectares, il permet au Qatar de fournir 10 % de sa demande en électricité.

Thierry Couderc et son fils dans le désert du Qatar : "Les autorités qataries pensent au développement durable par les nouvelles énergies" (COUDERC)

Thierry Couderc mail : thierry.couderc@rkhqitarat.com

Métro de Doha et tramway de Lusail

Retrouvez cette chronique sur le site, l’appli et dans le magazine de la mobilité internationale Français à l’étranger.fr

Le Qatar Tourist Office, avec les informations sur la réouverture des frontières et les modalités d’accès au pays en termes de formalités

Add Comment