L’arbre du sacré historique qui cache une forêt de questions

Au jeu de faire nul face à Lens samedi (1-1), le PSG a rapporté le dixième championnat de France de son existence. Un sacre au goût amer pour les supporters, qu’attend beaucoup plus de Paris, notamment en Ligue des champions, et que ne répond pas aux multiples questions sur l’avenir du club.

Et de 10 ! En partie les points face à Lens (1-1), – Lionel Messi bute en 68moi et de Corentin Jean au 88moi -, le PSG est assuré du titre de champion de France de son histoire, le 23 avril même. Un nouveau titre qui permet à l’équipe de rejoindre Saint-Étienne au sommet du palmarès français.

Tout comme les Verts, le PSG a gagné le droit de coudre une étoile cerclée de bleu-blanc-rouge sur son maillot pour célébrer la dizaine de titres. Reste à définir les modalités : si la tradition européenne va bien dans une étoile brodée sur le poirail au niveau du logo du club, Paris envisageait de l’intégrer au logo de la Ligue de football professionnel (LFP), sur la manche droite, selon l ‘Équipe.

Cependant, la question de la localisation de l’étoile n’est pas la question de la plus brûlante à laquelle doit faire face le club. Après l’arrivée du Qatar dans la capitale du club en 2011, c’est un euphémisme de dire que le PSG est dans une autre dimension. Paris a remporté 28 trophées : 6 Coupes de France (2015, 2016, 2017, 2018, 2020, 2021), 6 Coupes de la ligue (2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2020) et 8 Trophées des champions (2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020) et désormais huit titres de champions de France (2013, 2014, 2015, 2016, 2018, 2019, 2020, 2022).

j’ai éliminé en 8moi finale de la Ligue des champions pour le Real Madrid après un match retour difficile (1-0, 1-3), sorti en Coupe de France pour Nice (0-0, 6 tab à 5), battu même au Trophée des champions par Lille (1-0), le club de la capitale française ne gagnera “que” la L1 cette saison.

Que faut-il au PSG pour gagner une Coupe d’Europe ?

Les supporters sont habitués au jeûne et au caviar, avec le double voire des triples titres. Même ce nouveau record de 10 sacres en championnat les laisses froids. Et pour cette raison, ils sont arrivés, le président Nasser al-Khelaïfi avait écrit la feuille de route : reporter sous cinq ans la Ligue des champions.

Once ans plus tard, la “Coupe aux grandes oreilles” résiste encore et toujours aux yeux doux des Parisiens. Avec le fonds souverain du Qatar comme propriétaire, le PSG a participé aux deux pour les demi-finales (2020, 2021) et a même touché le doigt avec le trophée en 2020, avec la finale perdue contre le Bayern Munich. De plus, à côté de ces deux belles années, le PSG a multiplié les humiliations entre le « come-back » historique à Barcelone (2017), l’improbable « come-back » d’un Manchester United privé de ses cadres (2019) et désormais ce j’ai triplé en quinze minutes de Benzema, qui qualifiera Paris pour la plus belle des compétitions européennes en 2022.

Après avoir atteint à deux reprises le dernier carré ces deux dernières années, 2022 devait être la bonne pour Paris. Pour ce faire, la direction sportive s’était payée un marché XXL avec les arrivées d’Achraf Hakimi, Georginio Wijnaldum, Gianluigi Donnarumma, Sergio Ramos et, surtout, Lionel Messi. Un recrutement en or qui devait permettre à Paris d’enfin « rever plus grand », selon sa devise. La, jamais les supporters et ils sont autant ennuyés devant les matchs de Paris et de la superstar argentine Lionel Messi à ce moment transcendant que le FC Barcelone, relevant la promesse d’un chatoyant trident d’attaque Messi-Mbappé-Neymar au rang de chimère

Où Pochettino ira-t-il gagner une Coupe d’Europe ?

Dans n’importe quel club, le coupable de la nouvelle débâcle serait tout trouvé dans la personne de l’entraîneur. Mauricio Pochettino, arrivé au PSG en janvier 2021, a fait une figure de bouc émissaire parfait. Sous sa houlette, Paris n’a pour le moment gagné qu’un titre, a remporté successivement filer les Coupes de France 2021 et 2022, le championnat en 2021 et même le Trophée des champions 2021.

Cependant, l’histoire a prouvé qu’à Paris le ill est plus profonde qu’une simple histoire d’intraîneur. Les trois derniers techniciens passés à ce poste avaient également été révisés en leur temps. Mais, depuis leur départ du PSG, tous ont contribué à un trophée européen. Le prédécesseur de Pochettino, Thomas Tuchel, a également signalé la Ligue des champions avec Chelsea l’an dernier. Ils sont leur propre prédécesseur, Unai Emery a informé la Ligue Europa la même année avec Villarreal et est parvenu à qualifier le “sous-marin jaune” pour les demi-finales de la Ligue des champions. Ce qui n’empêche pas Paris de courtiser ouvertement Zinedine Zidane pour prendre les commandes.

Avant le match face à Angers, Pochettino évoquait pour la première fois son futur et suggérait qu’il souhaitait rester. “J’avais un contrat rente, je ne sais pas logiquement qu’il y ait une question de volonté plus une question contractuelle”, lance l’Argentin, qui “toujours intacte cette volonté de revanche” en C1.

Mais “la saison n’est pas terminée”, alors souligné “Poche”, et quand l’objectif du titre “sera recharge, il sera temps de s’asseoir tous ensemble pour dessiner le futur de l’équipe”, at- i Achevée. C’est désormais choisi fait.

Du côté des Ultras du club, on s’en prend plutôt à la direction du club. Le 12 mars, le Collectif Ultras Paris (CUP) a poursuivi le départ d’al-Khelaïfi dans un communiqué. “Il n’y a rien ici de personnel, mais force est de succession qu’il n’est pas l’homme de la position”, écrit le CUP. “La situation du club nécessitait au dénouement une réorganisation complète, à tous les niveaux, et la présence quotidienne du président.” Plus tard, les supporters ont causé une grève des animations, comme contre Marseille lors du “Clasico”.

Cependant, la révolution du palais ne semble pas à l’ordre du jour, à la fois Nasser al-Khelaïfi à l’oreille de l’émir du Qatar et s’est petit à petit imposé dans l’ensemble des institutions du football français et européen.

La mémoire de Kylian Mbappé : à Paris, à Madrid ou ailleurs ?

Outre la direction sportive, les supporters parisiens sont tenus en haleine par un feuilleton que dure depuis l’été dernier : le prodige Kylian Mbappé, enfant du pays en fin de contrat et de loin le meilleur joueur de l’équipe cette année, ira- t-il écrire la suite de son histoire loin de Paris ?

Le Real Madrid, où il rêve de jouer, le courtise depuis des années. Le fait qu’il n’ait toujours pas prolongé début avril, malgré les noms posés du PSG depuis la dernière saison déjà, n’incite pas à l’optimisme quant à son futur à Paris. D’ailleurs, la star française entretient le doute. Ces derniers mois, l’actuel meilleur buteur et meilleur passeur de la Ligue 1 a répété : “Non, je n’ai pas fait mon choix, je n’ai pas pris ma décision, je réfléchis. Il y a de nouveaux éléments, il déjà plein de paramètres”.


Le désastre de Madrid au mois de mars en Ligue des champions, ils sont obsession, semblait bien avoir instillé à Mbappé l’idée qu’il était impossible pour lui de soupçonner la “Coupe aux Grandes Oreilles” en restant dans la capitale. Mais ce joueur, avide de marquer l’histoire de son sport, sait aussi qu’il s’est distingué plus en remportant du PSG que l’énième de la “Maison Blanche”, qui a en fait quitté treize.

Parmi les autres paramètres, figure toujours la place de Mbappé dans “le projet” : il a assez répété qu’il voulait des responsabilités, peut-être sanctifiées par le brassard de capitaine.

La question n’est Certainement pas d’ordre financier, une source proche du dossier rappelé à l’AFP que “l’argent, Kylian l’aura partout” où il pourrait jouer. avec le 10moi titre de son équipe, la réponse définitive quant à son avenir pourrait tomber plus vite que prévu.

Le Qatar, tours aux commandes après la Coupe du Monde ?

Après l’humiliation en Ligue des champions et alors que la Coupe du monde au Qatar approche à grands pas (novembre et décembre 2022), la question de la pérennité de l’engagement du Qatar au PSG a commencé à se poser.

Nasser al-Khelaïfi à vite démenti les rumeurs, affirmant que la question ne s’était pas posée en même temps qu’un divertissement pour la BBC, le 30 mars. “Nous avons acheté le club pour 70 millions d’euros. Nous avons depuis reçu des offres de plusieurs milliards”, a-t-il révélé. La mise à jour d’un rachat à cette suite qualifiée de “fake news” par la direction à chaque nouvelle rumeur.

Pourtant, fin mars, l’équipe avance l’hypothèse d’un éventuel changement de paradigme sportif. Après avoir fait décoller la marque PSG à l’étranger, la politique de l’empilement de stars aurait vécu. Place pourrait être faite à un modèle plus collectif et transformée vers les jeunes talents du centre de formation. Passer du clinquant au rentable, à défaut de “rêver plus grand”.

Add Comment