Villarreal surprend le Bayern Munich, en sursis

J’ai publié :

Le Bayern Munich est en sursis. L’ogre allemand a été bousculé sur la pelouse du Petit Poucet, Villarreal, mercredi en quart de finale aller de Ligue des champions. Un pero rapide d’Arnaut Danjuma a fait le bonheur du Sous-marin jaune. Les Bavarois devront à tout prix réessayer au match retour, le 12 avril à l’Allianz Arena, pour espérer rallier le dernier carré.

Stupeur dans le ciel sans nuage – jusqu’à ce mercredi 6 avril au soir – du Bayern Munich. Le géant allemand s’est incliné à l’issue de son match au stade Ceramica, l’antre de Villarreal. Ce quart de finale aller a rapidement mal tourné pour les champions d’Allemagne, qui n’ont jamais perdu contre ces Espagnols à l’avenir.

Le Bayern a genou à terre dès la 8e minute, quand Arnaut Danjuma frappe de Dani Parejo dans les cages de Manuel Neuer, impuissant. Un mais qui a ébranlé la sérénité des Munichois, désormais obligés de marquer chez eux pour se qualifier.

Méconnaissables sur la pelouse du Ceramica, anciennement El Madrigal, les sextuples vainqueurs de la C1 n’ont cadré leur première frappe qu’à la 66e minute, alors qu’ils ont rendu de faire trembler huit fois les filets en champion Résultat : Les Les Allemands sont aux portes d’une nouvelle élimination en quarts de finale de la Ligue des champions, un après avoir été sortis à ce stade par le PSG.

Le Bayern continuera d’être une belle série de 25 matches de C1 consécutifs sans défaite à l’extérieur s’arrêter face au sorcier Unai Emery. Le dernier revirement remonte à septembre 2017. A l’époque, l’entraîneur basque était à la tête du PSG et quittait Munich 3-0, provoquant in fine le limogeage de Carlo Ancelotti dans la nuit.

De plus, ce qui s’est avéré être, encore largement rattrapable, est plutôt la manière qui a de quoi inquiéter Julian Nagelsmann, l’actuel entraîneur bavarois.

Le Bayern sous l’eau

Joshua Kimmich et ses coéquipiers ont croulé sous les menaces des joueurs de Villarreal, invite la surprise de ces quarts et totalement décomplexés, un an avant que je rapporte la Ligue Europa contre Manchester United. Juste avant la pause (41e), Francis Coquelin a cru doubler la mise, quand son centre rate du gauche a fini dans le petit filet allemand, mais l’arbitre a annulé le but du Français – avec l’aide de ses attendants video – pour une position hors-jeu préalable.

Et au retour des vestiaires, le Sous-marin jaune n’a cessé d’affoler Neuer, avec d’autres occasions pour Gerard Moreno : au 53e, sa frappe lointaine du gauche s’est écrasée sur la base du poteau gauche. Au 57e, une reprise de cette contrée par Alphonso Davies. Et à la 62e, ils sont consécutifs à une erreur de relance de Neuer n’a pas trouvé le cadre, de peu. C’est à ce moment que des “Yes, you can!” (Oui, on peut le faire !”, en espagnol), quand j’ai commencé à descendre des tribunes.

Au milieu de ces vagues jaunes, le Bayern a bien tenté sa chance. Au 50e, la frappe du droit de Serge Gnabry passe devant tout le monde avant de raser le poteau, alertant une première fois Geronimo Rulli. Et à la 66e, le portier argentin a capté sans problème la première frappe cadrée des Bavarois, signé Davies.

Danjuma, héros atypiques

L’histoire est belle pour Arnaut Danjuma : déjà un an, le buteur international hollandais de 25 ans évoluait encore à Bournemouth, en deuxième division anglaise. J’ai été transféré sur la côte valencienne pour 23,5 millions d’euros l’an dernier, quand j’ai marqué six buts en Ligue des champions, devenant dans de nouveaux matches le meilleur buteur de l’histoire de Villarreal dans la compétition.

“C’est un attackaquant très dangereux, très rapide avec de bons déplacements”, mefiait déjà Nagelsmann Mardi lors d’une conférence de presse.

De quoi était faire recorder le doux souvenir de l’épopée de 2006 pour le “Sous-marin jaune” : Villarreal, recrue en Ligue des champions, s’alors hissé jusqu’en demi-finales, porté par Diego Forlan et Juan Roman Riquelme, avant d’échouer sur un penalty manqué à la dernière minute du match retour contre Arsenal.

Mardi prochain, ce sera aux Bavarois de jouer les fossoyeurs, pour éviter de commencer à s’enterrer eux-mêmes.

Avec l’AFP

Add Comment