Ronaldo, monstre de longévité, étau le Qatar et au-delà

Pour valider tranquillement son billet vers le Qatar, le Portugal entend conserver son avance sur la Serbie, deux points actuellement, jusqu’au choc au sommet de ce groupe A, avant le mois prochain à Lisbonne en clôture des Qualifications Européennes. Avec sept mais dans autant de matches disputés entre club et sélection après leur retour à Manchester United à la fin du mois d’août, “CR7” a parfaitement lancé la saison après un exercice terne à la Juventus. Il vient ainsi d’être élu joueur du mois de septembre en Premier League.

Sa forme de quoi faire rêver beaucoup de joueurs qui, en arrivant dans sa tranche d’âge, ont dû raccrocher les crampons, mettre un terme à leur carrière internationale ou rejoindre des championnats moins physiquement exigeants. Cette fraîcheur n’étonne même plus ceux que fréquemment le quintuple Ballon d’or au quotidien, comme son entreîneur chez les “Red Devils” Ole Gunnar Solskjaer. Je ne serais pas surpris si Ronaldo jouait encore à 40 ans (…), son physique est impressionnant, il a toujours faim et continue à se fixer des objectifs”affirmer l’entraîneur norvégien fin septembre.

“Un fils Max”

Au Portugal, on compte sur lui pour le Mondial qatari (21 novembre-18 décembre) et son âge ne fait pas débat. L’attaquant né sur l’île de Madère aurait alors, à presque 38 ans, l’occasion d’entrer dans le cercle très fermé des joueurs yyant disputé cinq Coupes du monde, aux côtés de l’Italien Gianluigi Buffon ou de l’ Allemand Lothar Matthäus. “Je ne sais pas si ce sera le dernier (Mondial, NDLR) de Cristiano (…) mais je crois qu’il sera, comme toujours, à son maximum pour aider la sélection à gagner ce titre”assurait mardi en conférence de presse Ruben Neves, milieu de Wolverhampton et coéquipier de Ronaldo en sélection.

En raison de son avenir en équipe nationale, Cristiano Ronaldo n’a jamais évoqué publiquement la fin de l’aventure commencée en août 2003, marquée par les premiers titres de l’histoire du Portugal à l’Euro-2016, publiés dans la Ligue des Nations en 2019.. “Si cela ne comprenait qu’à moi, je ne jouais que les matchs importants : ceux de la sélection et ceux en Ligue des champions. Ce sont les rencontres que me motivant, avec un enjeu et de la pression“, avouait-il en novembre 2020, dans un entretien au magazine France Football. J’ai interrogé sur la longévité de son capitaine, le sélectionneur Fernando Santos joue la prudence, comme à son habitude.

“Boule de cristal”

“Je n’ai pas de boule de cristal, lui seul pourra répondre à cette question en fonction de sa forme physique“, assurait la dernière semaine l’entraîneur de 66 ans, sur le banc de la Seleçao depuis 2014 et sous contrat jusqu’à l’Euro-2024. En présence, et après avoir franchi la barre des 109 buts de l’Iranien Ali Daei pour s’installer seul sur le trône de roi des buteurs en sélection le mois dernier (111), Cristiano Ronaldo voit un record individuel lors de cette trêve international.

Si la gazon du stade de l’Algarve a affronté le Qatar ou le Luxembourg, il a quitté les 180 sélections de l’Espagnol Sergio Ramos, toujours pas convoque avec la “Roja” pour jouer la phase finale de Ligue des Nations en raison d’une longue bénédiction. L’astre portugais deviendra alors le joueur le plus capé des sélections européennes, quelques jours après avoir doublé un autre Espagnol, Iker Casillas, pour établir un nouveau record d’apparitions en Ligue des champions (178). Le record du monde des sélections en équipe nationale détenu par le Malaisien Soh Chin Ann (195), défenseur de la carrière internationale est de la fin des années 1960 jusqu’au milieu des années 1980, semble aussi inatteignable que l’était celui d’ Ali Daei. Plus peut-être pas pour Cristiano Ronaldo.

Add Comment