Football – Une pluie de milliards au secours de la Ligue des champions

publié

Pour la période 2024 et 2027, la vente des droits commerciaux des reporters de l’UEFA réunit quinze millions d’euros. Pourquoi enterrer l’idée d’une Super Ligue ?

Dès la saison 2024-2025, participant à la Ligue des champions rapporteur encore plus d’argent aux heureux élus.

mise au point fraîche

La perspective de voir une Super Ligue européenne naître prochainement a été écartée. En fin de semaine, l’UEFA et l’ECA (l’association européenne des clubs) ont finalement conclu un nouvel accord pour la vente des droits commerciaux de la Ligue des champions pour la période 2024-2027.

Selon l’ECA, cet accord financier va représenter près de cinq millards d’euros de revenus annuels pour les saisons 2024 à 2027, soit une majoration de 40% en plus pour le rapport aux exercices 2021-2024. Désormais, lundi dernier, le Comité exécutif de l’UEFA est heureux d’officialiser le renouvellement de la vente des droits, notamment ceux liés à la Ligue des champions, sans préciser le montant de cet appel d’offres. Les sociétés Team Marketing au niveau mondial, et le Relevent Sports Group pour le marché audiovisuel américain, ont ainsi été désignées pour commercialiser les droits de diffusion, de sponsoring et de licences des différentes compétitions organisées par l’UEFA.

«Il s’agit d’un changement tectonique dans le rôle que les clubs joueront désormais dans les décisions que façonnent le football européen.»

Nasser Al Khelaïfi, président de l’ECA et du PSG

Les négociations à ce sujet sont menées par le comité exécutif principal de l’UEFA et de l’ECA, représenté par leur président, Nasser Al Khelaïfi, qui est également à la tête du PSG. “Il s’agit d’un changement tectonique dans le rôle que les clubs joueront désormais dans les décisions que façonnent le football européen”, un résumé d’Al Khelaïfi.

une nouvelle formule

Un accord qui mettait fin, à moyen terme tout du moins, aux velléités de ces douze clubs dissidents qui avaient pour ambition de créer cette Super Ligue élitiste, l’an passé. Dont le Real Madrid, l’adversaire du PGS lors de ces huitièmes de finale de la Ligue des Champions, en était l’un des principaux instigateurs. Une idée que les supporters eux-mêmes avaient d’ailleurs balayée sans équivoque.

Si ces droits commerciaux ont pu être revus à la hausse, c’est aussi en partie grâce au nouveau format que connaît la Ligue des champions et la Ligue Europa de l’édition 2024-2025. Le nom des équipes en poux est passé encore de 32 à 36, avec la suppression de la phase de poules. Les participants se sont affrontés avec plus de trois adversaires et de nombreuses reprises, mais l’un d’eux était des équipes différentes. Le nombre total de matches disputés aujourd’hui oscille entre 96 et 180. “Cela représente également une nouvelle croissance de la stabilité financière et des opportunités pour les clubs de football européens”, estime Nasser Al Khelaïfi.

Pour l’UEFA, la menace de la Super Ligue est pour l’instant écartée. Plus que jamais, le Real Madrid, le FC Barcelone et la Juventus Turin – les trois principaux clubs dissidents – ont définitivement démissionné de l’idée de Super Ligue qu’ils considéraient, tort ou raison, comme la seule à même de sauver le football européen et ses clubs.

Add Comment