L’équipe de Suisse s’impose face à l’Irlande du Nord

J’ai embauché filli pour la Suisse ! Victorieuse 2-0 de l’Irlande du Nord à Genève, elle a cueilli le succès que lui permet de rester collée à la roue de l’Italie dans le groupe C du tour préliminaire de la Coupe du monde.

Face à un adversaire également inoffensif, la Suisse a imposé une décision dans le temps ajouté des deux mi-temps. Meilleur passeur de l’Euro, Steven Zuber fut, cette fois, à l’issue d’une rupture initiée par le capitaine Xherdan Shaqiri et menée par Breel Embolo pour le 1-0. Les deux Bâlois ont succédé d’ailleurs aux Suisses les plus en vue de la soirée.

Dans un rôle plus axial qu’à Lyon, Shaqiri était répandu dans tous les bons coups. Quant à Embolo, il est capable de faire des ravages par sa seule puissance que fait oublier une maîtrise technique parfois déficiente. C’est lui, ainsi qui était encore le passeur décisif par le 2-0 de Christian Fassnacht à la 91e minute,

L’Irlande à 10 du 37e

Réduits à dix dès 37e minute après un second carton jaune à l’adresse de Jamal Lewis pour avoir trop tardé à effectuer une remise en touche, les Irlandais ne pouvaient pas espérer grand-chose dans ce match que pourtant celui de leur dernière chance pour accrocher une place de barragiste.

Même si l’équipe de Suisse fut loin de toucher au sublime, le déséquilibre des forces en présence était beaucoup trop marqué. L’Irlande du Nord a profité d’une occasion fameuse : une frappe de Connor Washington détournée par Yann Sommer dans une action provoquée par un bourde de Manuel Akanji à la 5e minute.

Quelques secondes plus tôt, Denis Zakaria avait cru vivre l’un des plus grands moments de sa carrière. Dans “son” stade qui est un formidable accueil à l’équipe de Suisse, le Genevois armait une magnifique reprise du droit à l’orée de la surface pour ne laisser aucune chance au gardien Bailey Peacock-Farrell. Malheureusement, la VAR, après une longue délibération, annule cette demande de hors-jeu de Kevin Mbabu.

Un mardi de Vilnius

Ce mardi, la Suisse peut revenir à la hauteur de l’Italie avant la “finalissima” du 12 novembre à Roma. Elle et parviendra si elle s’impose à Vilnius sur une pelouse artificielle face à la Lituanie, qui a battu la Bulgarie samedi 3-1. Si Xherdan Shaqiri et Breel Embolo évoluent dans le même registre qu’à Genève, la Suisse peut envisager ce déplacement avec sérénité.

Add Comment