avant la Russie, la finale de la Ligue des champions délocalisée ?

J’ai publié :

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a fait appel mardi que l’organisation de la finale de la Ligue des champions, avant le 28 mai à Saint-Pétersbourg, n’était pas en Russie après la reconnaissance par Moscou de régions séparées pro-russes dans l’est de l’ Ukraine. L’UEFA n’a pas réagi officiellement. L’UEFA n’a pas encore réagi officiellement

La situation en Ukraine pourrait impacter la Ligue des champions. Puisque la finale de la C1 est prévue le 28 mai à Saint-Pétersbourg, le Premier ministre britannique Boris Johnson exclura, mardi 22 février, que la Fédération de Russie puisse organiser les compétitions internationales de football après la reconnaissance par Moscou de régions pro-russes séparées dans l’est de l’Ukraine.

Donner “un statut de paria” au Russe

“Il est absolument vital en cette période de critiques que le président Poutine comprenne que ce sera un désastre pour la Russie”, a déclaré Boris Johnson après avoir annoncé au Parlement des sanctions contre des banques et oligarques russes. “Et il est clair, au vu de la réponse du monde à ce qu’il a déjà fait dans le Donbass (est de l’Ukraine, ndlr), qu’il va retrouver avec une Russie plus pauvre en raison des sanctions que le monde va mettre en œuvre”.

“Une Russie plus isolée, une Russie ayant un statut de paria”, at-il ajouté. “Il y a encore une chance d’avoir des tournois de football dans une Russie qui envahit les souverains du pays”, at-il poursuivi, espérant que Vladimir Poutine “recule sur son prix” et procède à “une invasion totale” de l’Ukraine.

La Russie, pays hôte du Mondial-2018 de foot, doit accueillir la finale de la Ligue des champions le 28 mai à Saint-Pétersbourg. La Gazprom Arena a accueilli plusieurs matchs de l’Euro disputé l’été dernier, dont un quart de finale.

La ministre britannique des Sports et de la Culture, Nadine Dorries, a déclaré sur Twitter avoir de “vous vivez des inquiétudes” concernant l’organisation d’événements sportifs en Russie, citant notamment la finale de la Ligue des champions.


“Nous n’autoriserons pas le Président Poutine à exploiter des événements sur la scène internationale pour légitimer son invasion illégale de l’Ukraine”, at-elle jouté, précisant qu’elle s’entretiendrait avec les “organes de gouvernance compétents”.

La finale à Wembley ?

Le porte-parole de Boris Johnson avait précédemment indiqué mardi que l’organisation de cette finale reposait sur la compétence de l’UEFA. La Confédération européenne de football a répondu aux sollicitations immédiates de l’AFP. Elle avait précédemment communiqué sur le fait qu’elle surveille “constamment et fermé le statut” de la crise en Ukraine

Pourtant, d’après The Daily Star, l’UEFA pourrait décider, en cas d’invasion, de déloger la finale de la Ligue des champions, avant le 28 mai prochain à la Gazprom Arena de Saint-Pétersbourg.

Le média britannique indique que le stade de Wembley (Londres) est vu comme une alternative possible pour boucler la finale de C1, surtout si l’affiche est entièrement anglaise.

La Russie voit un sport apolitique

Comme elle en l’, la Russie a réagi en se cachant derrière le supposé apolitisme du sport :

« Nous ne prêtons pastention aux divers commentaires des médias britanniques » dans la déclaration du chef du comité de l’organisation locale de Saint-Pétersbourg, Alexey Sorokin, à TASS, une des agences officielles de la Russie. “Nous avons affaire à cela depuis 15 ans – depuis 2008, quand quelque chose allait soi-disant nous être pris”, at-il expliqué, faisant référence au moment où la Russie a organisé la finale de la Ligue des champions à Moscou en 2008 .

“L’UEFA est une grande organisation sportive internationale, elle opère dans le cadre d’un contexte politique. Le comité de l’organisation et l’UEFA ne sont pas soumis à des discussions sur le sujet et les gens par le passé”, a joint le responsable russe.

L’UEFA doit disloquer les deux dernières finales de la Ligue des champions, à Lisbonne en 2020 et à Porto en 2021, en raison de la pandémie qui a déclenché l’affrontement de sa jeunesse à Istanbul, comme avant.

Quatre des six derniers finalistes de la C1 ont été des clubs anglais, dont Chelsea, sacré en 2021, et Liverpool, champion deux ans plus tot.

Avec l’AFP

Add Comment